Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar

21 juillet 2014 /
33 commentaires

Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar

Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar, étudiants en design du côté de l’ENSAD reviennent sur BED afin de nous présenter leur projet de diplôme baptisé Avenir Sauvage.

« Constat: Aujourd’hui notre corps est à l’état passif, nous dépendons des machines et des avancées technologiques. Notre corps est soumis, il perd son efficacité physique, ses sensations,il est conditionné. Même ses défenses immunitaires sont moins résistantes.

Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar

Objectif: Établir un néo-archaïsme contemporain dans l’objectif de faire renaître ses intuitions, découvrir de nouvelles postures plus spontanées pour provoquer un retour aux instincts premiers. Exploiter les comportements primaires de l’homme pour proposer un nouveau mode de vie archaïque fondamental. Redevenir sauvage pour se réapproprier son corps.

Parti pris: Questionnements d’un design paléomorphique. Étude des modes de vie préhistoriques et tribaux basés sur les besoins vitaux et les réflexes qui en découlent, une recherche autour des besoins physiologiques primaires. Comme nos ancêtres nous avons les mêmes nécessités premières : dormir, manger, boire, se laver, porter, marcher. Notre intention est d’offrir des objets-expériences qui permettent de replacer le corps et ses sensations au coeur de ces pratiques. Dessiner des concepts que l’usager s’approprie par des médiums et des matériaux basiques. En amont notre démarche a été d’étudier les comportements primitifs de nos ancêtres en essayant de les retranscrire à des usages actuels. Notre objectif c’est alors de créer des objets qui redonnent la place première au corps dans l’univers domestique. »

L’instinct, peu à peu oublié par tous ses objets qui nous assistent eux-mêmes imaginés par les designers ! Nous tournons peut-être en rond ? Sans tout remettre en question, il est parfois bon de s’interroger sur nos habitudes, nos comportements et leurs évolutions.

Voici une collection de création, de la fontaine au tapis, de la carafe au miroir, tous imaginés de façon primaire !

Répondre simplement à nos besoins les plus simples.

Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar

DORMIR : Bestiair, le tapis futon gonflable réalisé en fils de lin tricoté et pvc souple pour un espace mêlant détente et couchage, directement inspiré par le mode de vies des premiers hommes dormant sur leur peau de bête directement sur le sol.

Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar

BOIRE : A la source, carafe de table mettant à disposition un volume d’eau purifiée par un charbon invitant chacun à longer ses mains pour se désaltérer.

Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar

MANGER : Fer – Valoir, gamme de couteaux se rapprochant de l’outil primitif, mêlant ici acier, bois de hêtre et cuir végétal.

Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar

SE VOIR : Au bord de l’eau, le miroir pour éveiller notre curiosité humaine, l’eau sur fond noir remplissant parfaitement son rôle !

Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar

S’ÉCLAIRER : trois projets pour nous apporter un peu plus que la lumière !

  • Quand la houle se lève : veilleuse vous invitant à profiter d’une nuit à la belle étoile à regarder onduler l’eau, hypnotisant, l’utilisateur pourra alors jouer avec la paille de verre et cette eau phosphorescente pour le bercer jusqu’au bout de la nuit.
  • Monolithe : lampe à tailler, véritable quête du feu c’est à vous de façonner votre source lumineuse en brisant cette coque de plâtre.
  • Feu Follet : Foyer lumineux présenté il y a quelques temps sur le blog (voir ici)

Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar

COMMUNIQUER : Silex, gamme de craies reprenant la forme la plus primitive des pierres utilisées par les premiers hommes tentant un nouveau type de communication.

Projet-étudiant- Avenir-Sauvage-Emilie-Ricada-Lionel-Dinis-Salazar-ENSAD-France-design-blog-espritdesign-27 Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar Projet étudiant : Avenir Sauvage par Emilie Ricada et Lionel Dinis Salazar

TRANSPORTER / SE DÉPLACER : Cabosse, inspirés par les premiers contenants réalisés en terre et cordes, ce sac type baluchon permet de transporter et préserver le contenu par sa souplesse. A Corne et à travers, premières chaussures remettant en question son utilité même et les effets néfastes causés année après année.

LE BONUS : Projet remportant le concours « Design Can Change The World » réalisé en partenariat avec MeetMyProjet, les étudiants auront la joie de pouvoir exposer leur projet du côté de l’Espace Commines Paris du 8 au 13 Septembre prochain.

A noter, le projet Entrevue remporte également son expo, plus de détails à venir !

Plus d’informations sur les designers : Emilie Ricada (Retrouver ses articles), Lionel Dinis Salazar (Retrouver ses articles)

crédits photos : FEINTRENIE Dominique

By Blog Esprit Design


Gallerie (0)

À propos de l'auteur
Image
Vincent - Blog Esprit Design

Laisser un commentaire

  1.  UN   PROJET DE DIPLOME  EST UN EXERCICE DE SEDUCTION DES  PROF (ESSIONNELS) … UN  PROF (ESSIONNEL) est   un designer independant  qui  est prof de design  ce qui presente beaucoop d’avantages pour le prof   Pour que l’élève  s’élève, il doit quitter son prof et chercher un maître pour s’élever  vraiment et le depasser un jour . Un tour d’Europe du design est  aujourd’hui la suite du tour de France des compagnons.  C’est ce qu’ont fait presque  tous ceux qui ont un nom dans le design.

  2.  LE  JEUNE  DESIGNER NE CHERCHE PAS SOUVENT L’INTEGRATION  DANS  L’ESPACE DOMESTIQUE DU QUIDAM MAIS LA DIFFERENCIATION POUR  QUITTER UN ESPACE  PROF  POUR  INTEGRER UN ESPACE PRO  , IL CHERCHE L’INDIVIDUATION L’ individuation est le processus de « distinction d’un individu des autres de la même espèce ou du groupe, de la société dont il fait partie » 

  3. Très sympa comme objets ! Mais peut être difficile à intégrer dans une maison équipée d’un mobilier standard ! Bon travail en tout cas ! 

  4. des présents parallèles, ceux vécus par nos voisins, en périphérie des villes, dans les communes rurales, ceux vécus avec d’autres moyens, ou ailleurs encore, il n’est pas nécessaire d’aller chercher dans la pré-histoire des personnes que l’on ne pourra jamais rencontrer (se faire des films : comprendre pre-histoire avant qu’il y ait une histoire à raconter) pour avoir de l’empathie (oui !) il faut que la personne soit en face de nous,  pour comprendre ressentir, saisir comment améliorer la vie, puis commencer un projet avec (plutôt que pour).

  5.  L’ANALOGIE PRIMITIVE EST  ELLE LE FUTUR DU NUMERIQUE? « Au-delà d’une fascination partagée pour un futur possiblement digital et technologique, il y a aujourd’hui un retour à des archaïsmes. L’exposition «Futur archaïque» met en relation des objets de designers signifiants, montrant ainsi qu’il y a un retour à une voie analogique qui se conjugue parfaitement à la digitale » Paris ArtYves Mirande, commissaire de l’expo Futur archaïque   pendant un D Days 2013«  les bases de l’Enracinement dynamique. C’est à dire, non plus un futur qui se serait coupé de ses racines mais bien un futur qui se reconnecte à elles. D’où le retour de formes archaïques, primitives. Un retour clairement exprimé dans les domaines créatifs. Notamment le design. »

  6.  @emilie ricada  @lionel dinis salazar je suis à la recherche d’une photo que je n’arrive pas à retrouver sur le web de votre expo à  la biennale  de Saint Etienne .   Je pense que c’est empathie  .nom de expo ? commissaire?

  7.  COUTEAU « NATURE SAUVAGE » VS COUTEAU DESSINE PAR MOTHER NATURE  … Je viens d’éplucher une pomme . Non je ne suis pas Adam  au milieu d’une nature sauvage (c’est une idée du XX ème de la vieille écologie pour chasser les indiens de leur terre ) J’avais   un couteau   à lame incurvé ultra fine  pour éplucher les fruits et les légumes fait à Solingen / Allemagne   et dessiné par Mother Nature  Red dot design award  . Ce n’est pas celui de la photohttp://www.red-dot-21.com/news/fissler-bionic
     

  8. CETTE IDEE D’ARTEFACTS POUR LES ARCHEOLOGUES DU FUTUR LANCée par EINDHOVEN… qui mélangent  ici toutes les époques, tous les  savoirs et les savoirs faire pose questionS  non sur le corps mais sur le corps enseignant  et le corpus enseigné du primaire au superieur…. WIKI « Un artéfact est un objet façonné par l’homme et découvert à l’occasion de fouilles archéologiques.Le mot d’origine latine est composé de arsartis (art), et du participe passé de facere (faire). Il apparaît en premier en anglais (artefact), et n’est utilisé en français qu’à partir de 1921. C’est ce qui explique qu’il est parfois orthographié artefact.Les premiers artéfacts préhistoriques sont des pierres taillées, puis des os gravés, des céramiques. Plus tard apparaissent les objets en métal. Généralement, les objets en matière organique ne sont pas conservés dans les contextes archéologiques (sauf cas particulier, très sec ou anaérobique). »

  9.  MERCI  emilie-ricada-lionel-dinis-salazarUN AVENIR SAUVAGE  CHEZ MOI., C’EST POSSIBLE.. Dejà  je ne suis pas si loin du regime PALEO Sans être ECOLO j’ai mis  tous les containers  menagers  en  plastique à la  cave à charbon  pour les remplacer par du verre Je fini ma  TUPPER WAR contre l’Amerique…. et ensuite je vais passer au charbon actif  pour remplacer les  grosse  BRITA allemande  en plastique et non britannique commeson nom semble l’indiquer….. Ainsi  je sauve   le commerce exterieur français   qui pourrait  nous faire redescendre des NEO objets au PALEO objets  pour  avoir trop ht   ordi coréen,   tele japonaise,   smarphone americain,le touy made in china  … et une voiture allemande made in    Eastern Europe…http://appleturnover.tv/word/wp-content/uploads/2011/11/water-filter-2l.jpg

  10. SANS ETRE UN PICASSO DU DESIGN,  JE   TROUVE…..  Je cherche encore  pourquoi j’irais boire avec une paille  en verre, une pipette   dans une coupole de verre   dans lequel j’aurais mis du charbon actif …..  Il s’agit d’une scénarisation d’un procédé  bien connu  depuis 1000 ans  au Japon mais le design c’est l’usage domestique ( a la maison) et   l’usage   nomade….  Alors  je CHERCHE et je TROUVE un designer democratique   Black Blum  cela ne s’invente pas.   qui fait une gourde au charbon actif  ….Dan Black vient d’ IDEO (Londres) de Frog Design (Californie)  et avec son ami Martin Blum tout en étudiant à Newcastle ils  ont  l’idée du partenariat créatif qui est maintenant  l’ entreprise Black + blum.http://www.consostatic.com/wp-content/uploads/2012/07/eau-good.jpg

  11. GEOMETRIE DES FORMES PALEO ?Ce qui m’étonne dans un contexte  prehistorique dit paleo c’est ce genre de forme geometrique que l’on retrouve chez Jean Couvreur de l’ensci sous forme de dessous de plat…. On le retrouve pour le tapis  de sol et pour la planche àdecouper.     La geometrie est une  des   bases  du design enscien.L’angle et la ligne  droite n’existant pas  chez des tribus isolés enAfrique , j’en déduis  qu’elle n’existait pas chez l’homo sapiens ( l’homme savant) que vous avez choisi  face au Neanderthal si je m’en refère  à  la forme de la pierre tailléePar ailleurs cette techique du colombin me fais penser à ses vannerie africaine que l’on trouve sur les marchéshttp://www.paris-art.com/img_news/galerie/g_EspArt12JeanCouvreur08ElemPANTIN.jpg

  12. En ART ou en DESIGN, il faut  à la fois copier et  paraître  UNIQUE….

  13.  Le design  et le style sont  un JE  de mots, un  JE de formes, un  JE de codes , un  JE de couleurs…  C’est un débat latent avec Florent Degourc… sur la thematique du Je de mot    dans le design d’auteur…… Creusons un peu le sujet:   Expo Code noir au Frac et non au Crac  est un jeu de mot tendancieux d’une tendanseuse de tango accompagné  du tic tac du timing lié à la mode, du    fric frac du Droog shopping  et du tempsdancing pour gogo acheteurs earlyadopteurs…. Il faut toujours être précis avec un commissaire ( d’expo) sur  le plan  taquetique  et  tequenique  comme dirait  Didier Dechamp  et pour  sortir du champ  du foot  et sorbonniser un peu  sur le plan   sémantique et sémiotique ….. http://2.bp.blogspot.com/-U9Tq3ol5NJQ/UTIckdVuKSI/AAAAAAAAAcs/h57Qrr0CKIY/s1600/frac_shop.jpg

  14.   LE DESIGN EST UN EFFORT DE RECHERCHE… EN PROFONDEUR… Vincent fait une remarque fort pertinente  qui n’est pas simplement une rime en ique  paléolithique, archaïque, Neolithic ? Pirouette… humoristique ?  Nul ironique dans votre design.  J’ai beaucoup creuser le « smile design » et  toutes les techniques qui consistent  à faire sourire un objet…. avec l’étude du  CCA à ses debuts (centre de recherche avancé d’Alessi). Voila pour cadrer la thematique. Au dela du  nom sans entrer dans une thèse de doctorant  le paleolitique  c’est la pierre taillé  et  le  neolithic c’est la pierre poli. ….  En fait au debut de mes etudes buissonnière , le design c’était l’histoire du design point barre  et je me suis rendu compte qu’il fallait remonter à minima à l’ébénisterie et même à la menuiserie.  Le bois se conservant mal,   il fallait remonter aux poteries antiques.. Comme   je connaissais bien l’art CON temporain, je voyais tout de suite les passerelles, les analogies et la méthodologie   starckienne, mon premier sujet d’observation clinique.  Ma recherche en art , je l’ai faite par  passion et addiction  à l’aide du CRAC qui   est le CENTRE REGIONAL D’ART CONTEMPORAIN. Pour creuser votre sujet je vous invite à creuser le thématique  du « CODE NOIR » avec le CRAC de NORMANDIE. Si vous savez  faire des recherches vous trouverez….

  15. Post
    Author
  16. @ jean  La reference  de Jean à Gaëlle Gabillet et Stéphane Villard  ex ensci est fort pertinente…  Le projet de ces designers ont  eté selectionné par  le VIa  car c’est innovant et par Lii Ekelkoort car on est dans les queues    de comètes de la DAE Eindhoven qu’elle essaient de reanimer ici et la. Le volumes  de stars produites par la DAE est  un ensemble fini, le micro marché de l’art design ne peut plus en absorber.  La voilure est actuellement  réduite.http://www.deco-in.fr/blog/wp-content/uploads/2012/04/Objet-Curiosite-Gabillet-Villard_1.jpg   @ charles.Pour ce qui est de Normal Studio je n’ai jamais vu la technique ancestrale du colombin dans leur oeuvre ni celle du boudin de tissu enroulé comme un escargot sur le sol.  Ils partent souvent du process industriel  ce qui ne les empeche pas de faire aussi de la poterie pour Eno. 

  17. @Emilie : Vous vous trompez en partie de personne. Vous pouvez lire les auteurs des commentaires sous les dit commentaires.Le terme « personnel » ne s’oppose pas forcément à « impersonnel ».  Au contraire les deux peuvent co-exister en un même espace-temps, sans pour autant être criticable. Votre projet est particulier et personnel soyez en rassuré. Qu’il soit personnel ou impersonnel n’est pas un problème  de toute façon. Il est très séduisant d’un point de vue esthétique et pose des questions par la subjectivité qu’il produit (les commentaires de cette page en témoigne), autant qu’un colombin d’Eloï Chafaï ou qu’une chaise de Branzi. Ce qui fait un produit de qualité se situe au delà de l’aura ou de la particularité d’un seul point de vue. Au delà ne signifie pas au delà de l’être ou du non-être, dans une science occulte et préhistorique . Non au delà signifie au-delà de sa propre personne, au delà du groupe auquel on appartient, au delà du collectif.« Questionner le pourquoi sans passer par l’individu ? »Cet remarques s’adressent aussi à Z, qui veut une théorie satellitaire (pour ne pas dire astronomique), une théorie éloigné de ce qui se passe en omettant l’individu dans ses individualités d’usager.  Votre remarque montre bien que cela vous a troublé un peu, y aurait-il un peu de ça également dans votre projet ?Ce qui semble de plus en plus flou est la capacité de designers à comprendre les usagers auxquelles ils destinent ces créations. La posture à reconquérir est une posture d’écoute des usagers et de ses besoins. Oui, le besoin d’immatériel doit être précisé, peut-être même dématérialisé !Bien à vous ! à vous tous !

  18.   J’AI FAIT UNE LECTURE RAPIDE , A L’ALLEMANDE,  VUE D’HELICOPERE, DE VOTRE PROJECT…. Pour faire une lecture plus fine il faut partir comme à  l’atelier formes utiles de l’Ensci  tenu de main de maître par Eloï Chafaï, du  process d’un objet ( le colombin ) et de sa matière pour aller à sa forme et à son usage  que je resume par un dessin….http://www.archeologiesenchantier.ens.fr/IMG/jpg/1_colombin.jpg

  19. Très cher professeur Z, vos remarques vous sont toujours aussi personnelles,
    mais j’admire cette capacité à toujours trouver à redire sur n’importe qui et n’importe
    quel sujet. Remarquable et insatiable appétit à la critique. Comme
    d’habitude vous vous contredisez dans vos commentaires « JE N’AI RIEN
    COMPRIS AU TEXTE » et « LE TEXTE EST SANS DOUTE  INTELLIGENT » on s’y perd souvent.. Mais
    je ne vais pas m’aventurer sur le terrain des mots avec vous je préfère vous
    expliquer les parties qui vous semblent troubles de notre projet.

    « CELA MANQUE 
    TERRIBLEMENT DE BETES…..  DE DE
    PEAUX  ET DE SQUELETTES ». Nous avons puisé nos inspirations dans les modes de vies préhistoriques oui, mais
    nous avons proposé des concepts encrés dans une réalité et je pense, une
    intelligence moderne, d’où le remaniement « bestial » qui se trouve
    plus dans des postures proposées, que dans la pure brutalité physique. Sinon
    autant prendre deux bouts de bois et quelques rochers pour construire son habitat au
    bord du Danube. Et si ça tente quelqu’un, je suppose qu’il n’aura sans doute
    pas l’envie ni le besoin d’un designer pour encore l’embêter.

    Cordes, boudins, enroulements, pierres taillées, charbon, plâtre,
    pigments… Appelez ça comme vous voulez, oui ce sont nos basiques de création,
    comme ils l’étaient pour nos ancêtres lointains. Nous n’avons rien inventé,
    juste réactualisé voir détourné sur ce point. Notre gamme d’objets est une
    collection comme son nom l’indique. Donc oui, le principe est d’avoir des projets
    en résonance les uns avec les autres, que ce soit dans la forme, l’usage, les matériaux
    qu’ils utilisent…

    Vincent propose un article global et déjà bien
    argumenté, mais pas à 100% exhaustif. Si vous aviez pu et/ou voulu suivre le projet
    dans son intégralité, vous auriez (j’espère) bien vu que notre démarche est loin
    d’être seulement stylistique et esthétique, même si pour moi ces dernières
    variables restent indispensables pour faire un bon produit, un objet complet. « DE TROU NOIR, A WHITE MINERAL EN PASSANT PAR CE PROJET SAUVAGE IL NE S’EXPRIME
    QUE DES POINTS DE VUES PLUS OU MOINS PERSONNELS ». Pour ma part c’est un
    compliment que de dire qu’un projet soit personnel ou dans un idéal
    personnel.  Un projet impersonnel n’a pas
    ce supplément d’âme qui m’intéresse et que je revendique. Cette idée de mettre
    de soi, ou de ses idées dans chaque créations peut interpeller, accrocher et
    sensibiliser à une cause l’usager qui ne souhaite pas revoir une énième fois
    cette chaise platic-power-flashy-style-made-in-china faites en des millions
    d’exemplaires à l’autre bout du monde que l’on jettera dans 1 an pour une nouvelle
    acquisition tout aussi futile et éphémère. Ces projets la sont peut-être
    indispensables dans notre société mais ce n’est pas à quoi je tends.

    « Questionner le pourquoi sans
    passer par l’individu ? »Je ne suis pas d’accord avec vous. TOUTE la
    gamme Avenir Sauvage vie seulement grâce et au service de l’usager, sinon à
    quoi bon! Objets expériences, ils l’invite à reconquérir des postures oubliées,
    des instincts primitifs effacés, des sensations essentielles devenues floues…
    Se découvrir soi, en tant qu’Homme, reconnaître ce corps physique abandonné aux
    pratiques immatérielles c’est le but premier de ce projet.

    « On peut tout de
    même lire dans ce projet, une révolution silencieuse du retour aux choses
    authentiques. » Merci, vous nous avez finalement (presque) compris.à bon entendeur, bonsoir.

  20. Bon questionnement, les fantômes du passé et du futur parlent à travers vos mots au présent, on dirait du Derrida (voir ‘The Science Of Ghosts’ – Derrida In ‘Ghost Dance’) ! Questionner le pourquoi sans passer par l’individu ? juste le contexte qui relient ceux qui s’imitent ? Ne serait-il pas risqué (comme une perte de temps) d’analyser ce qui arrive artificiellement dans un laboratoire de monstration ?  faire du journalisme primaire (à l’opposé d’un journalisme d’investigation) ? Ne serait-ce pas comme analyser ce qui se passe dans un film (une mise en scène)  ? Enfin si analyse il doit y avoir il me semble qu’il faut y inclure l’influence et le poids de l’image à produire des fantômes (et à en nourrir le dialogue d’autres, dont nous faisons partis) et des projets qui n’existent pas vraiment dans un espace virtuel (pourtant bien réel) dans lequel des inconnus derrières des avatars (espèces de fantômes) dialoguent à toutes heures du jour et de la nuit, internet : le plaisir des fantômes ? un divertissement pour les fantômes ?

  21. L’ AUTHENTIQUE,   LE NATUREL  REVIENT IL AU GALOP SUR NOS ECRANS? Je parcours beaucoup de champs du savoirs comme on dit à la Sorbonne. Je laboure mais je ne fais pas de monoculture  Cela rend con. J’osculte comme un médecin . je place l’objet en observation  un certains temps.   Le philosophe  Jacques Derrida inventeur de la deconstruction disait le « texte   rien que le texte ».  Voir  ci dessous le naturel l’authentique. des mots ….. Je ne vais pas  déconstruire cela. j’aurais trop peur de rechercher un squelette d’invertébré, une sorte » d’anorexique intellectuel  »  comme dirait le philosophe de l’objet  François Dagognet , inventeur du materiologue » Ce qui m’interesse c’est pourquoi elle a eu lieu »….Objectif: Établir un « néo-archaïsme contemporain  »   Parti pris: Questionnements d’un « design paléomorphique »  .  

  22. winter is coming *On peut toute de même lire dans ce projet, une révolution silencieuse du retour aux choses authentiques.* le temps se gâte ! la révolution approche !

  23. Les étudiants subissent les enseignements du design sans le savoir. Les jeunes designers ne le découvrent que trop tard, lorsqu’ils ne sont vu qu’en donneur de forme(noble vérité réductrice) par le peu d’entreprises qui osent les considérer. De trou noir, à white mineral en passant par ce projet sauvage, il ne s’exprime que des points de vues plus ou moins personnels (certes idéals et physiques). Ces points de vues n’ont pas plus de lien avec l’art contemporain (une philosophie réductrice de l’art de vivre contemporain) qu’avec les besoins réels de êtres vivants. Le design français reste trop souvent une profession bâtarde, incomprise et élitiste.

  24.  Cette idée de bagage à boudin , à colombin   j’adooore…. avec une  lanière corde  pour la pendre  à son cou, j’adooore… Pour l’instant c’est du stylisme ,  le designer doit trouver des usages pertinents et innovants… A partir de là  sortir une collection sur Etsy  c’est pas difficile 

  25.  PETIT COUP DE POUCE   POUR  LA PLANTE DES PIEDS?Benjamin Pawlica  ex ESAD de Reims, et Ecole Pivaut à Nantes projet Cyclic  selectionné au VIA des ecoles en 2009   Je l »avais  defendu activement bec et ongle contre la  catharsis qui regnait alors dans les blogs  de design (  chaussure realisée en latex   naturel d’une plante des pays arides qui devient donc ….la plante des pieds)  Speciale dedicace à Florent Degourc  qui  va encore  casser mes jeux de mots…  Comme j’en ai fait mon fromage  dans la pub  et dans la chanson, j’hésite souvent entre le calembour et le Brie de mots.. A mediter. souvent  ce que l’on qualifie de design n’est qu’un calembour visuel  et virtuel ….http://media.paperblog.fr/i/235/2357134/benjamin-pawlica-designer-sens-L-2.jpeg

  26.   JE DOIS ETRE UN DINOSAURE MAIS JE N’AI RIEN COMPRIS AU TEXTE des NEO DESIGNERS … Pour les IMAGES c’est beaucoup plus simple   l’essentiel du projet   tourne autour de la corde et du boudin….   de la pierre taillées  …. Il y en a des EINDEZEEN  sur la toile…. depuis des lustres

Ne manquez pas les actualités design
Dans le même rayon

Annonces

Ne manquez pas les actualités design