Interview de Matali Crasset pour Samsung Launching People

Interview de Matali Crasset pour Samsung Launching People

Lors de la soirée Samsung Launching People, Emilie G, étudiante en design industriel nous propose d’aller à la rencontre de Matali Crasset designer industriel française et Jury du concours.

– Quel a été votre rôle au sein de ce concours? 

Les internautes ont d’abord sélectionné les projets qui avaient le plus de sens et je suis intervenue dans la sélection finale.Comme c’était un projet ouvert au grand public, il y avait tout de même un grand nombre de créations sans grande profondeur, avec peu de recherches et des concepts moyennement pointus, donc ça allait assez vite à sélectionner. Il y avait toutes sortes de participation mais pas une majorité d’ étudiants en école de design.

– Sur quelles données s’est basé votre choix du gagnant?

Ce qui était compliqué, c’est qu’il y avait Art et Design et qu’à un moment donné, il y avait un choix à faire; or le projet de Florian était davantage en adéquation avec la société Samsung. Il fallait capitaliser sur un projet avec un accompagnement par l’entreprise et nous avons conclu qu’il serait plus simple de miser sur cette idée. C’est plutôt ce critère-là qui a joué dans le choix final.

– Quel va être le suivi du projet désormais?

Normalement nous partons sur un accompagnement de trois mois mais ce qui m’intéresse dans le cas de Florian, c’est que ce projet lui serve à travailler avec de vrais designers : ma bataille va être que sa création lui serve de tremplin pour une réelle expérience en cabinet. L’enjeu ,maintenant, est de déterminer si ce projet va être concrétisé et commercialisé par Samsung ou s’il va rester une recherche exceptionnelle comme un manifeste de créativité. Pour ma part, j’aimerais qu’il ait un stage dans l’entreprise Samsung afin d’y développer son idée à côté de ses études afin de mettre au point la technologie qui fait aujourd’hui défaut au « Petit poucet ».

– Lors de votre participation au Jury de « Launching people », avez-vous pu constater une tendance globale se dégager des conceptions des participants ?

Il y a eu une volonté générale de s’ancrer dans les nouvelles technologies mais ce qui m’a étonné, c’est que les propositions n’étaient peu ou pas tournées vers le social. Bien sûr dans la catégorie entreprenariat , il y en avait à foison, mais pas dans la nôtre. Personnellement, j’étais encline à aider ce type d’initiative, mais il n’y en avait pas …Ce n’est pas vraiment un problème finalement mais comme je le disais dans la vidéo de présentation, je suis attachée aux projets de gens qui ont une vision de la société personnelle et qui veulent la faire bouger.

Le projet de Florian néanmoins possède déjà une sensibilité et une humanité dans le cadre de l’habitat avec un beau potentiel.

Interview de Matali Crasset pour Samsung Launching People

– Maintenant sortons un peu du cadre du concours; qu’est-ce qui pour votre part vous fait « vibrer » dans ce qui se fait aujourd’hui en design? Nous avons parlé de l’aspect social d’un produit, mais au-delà de ça?

Je remarque pour ma part qu’actuellement nous apposons toujours le même sens de lecture à l’objet, avec des méthodologies communes alors que,pour ma part, je débute des projets qui sont tournés vers l’idée non pas de matérialiser mais d’accompagner, de fédérer pour faire des projets davantage tournés vers l’homme. Je peux me permettre de le faire car ma structure est petite et que je dispose d’une grande liberté d’action.

– Ne serait-ce pas aussi beaucoup dû à la reconnaissance que vous avez dans le monde du design?

C’est quelque chose que j’ai gagné à la force du poignet mais qui me donne en effet cette liberté de concevoir des projets très atypiques. Dans ce métier, il y une sorte de résistance, une peur d’aller vers l’inconnu mais c’est pourtant dans cette direction qu’il faut aller; c’est vraiment là que l’on peut faire la différence.

– Lorsqu’Estelle Denis vous a défini comme un designer industriel, j’ai tiqué car bon nombre de vos projets n’entrent pour moi pas dans cette catégorie.

C’est moi qui lui ai demandé de rajouter cette mention car c’est ce que je suis foncièrement. Le designer industriel a cet ancrage dans la réalité, une vision qui le défini; ensuite les projets qu’il va créer vont être multiples et s’inscrire dans différents champs.

Ce que j’explique aux jeunes designers, c’est qu’il faut avoir un corps de métier, après tu peux saisir les opportunités. Aujourd’hui, la grosse erreur serait d’être un généraliste et de toucher à tout sans y apporter quelque chose. Il faut démontrer dans un domaine particulier une maîtrise mais aussi une approche.

– Étant moi-même étudiante en design industriel, je sais que les sujets qui nous sont donnés sont si vastes et si différents qu’il est difficile de se forger une approche personnelle globale du monde de l’objet; quand la vôtre s’est-elle dessinée?

J’ai fait l’ENSCI et j’y ai beaucoup expérimenté. Pour mon projet professionnel (Epreuve de fin d’étude), j’ai fait le constat qu’en sortant de l’école, il faudrait que mon profil (qui est sur le papier le même que tous les autres), se démarque. Dans mes précédents travaux ,il n’y avait ni lien ni continuité; mais celui là, « tribu domestique » ,que j’ai conçu en 4 mois, est vraiment le reflet de ce que je fais aujourd’hui. J’emploierais le terme de « Scenarythmie » pour définir ce que je fais aujourd’hui; mais à l’époque c’était déjà ça: donner des fonctions annexes à un objet ayant une fonction principale pour voir jusqu’où on peut étendre son champs d’action, pour répondre à des besoins pas forcément primaires ou symboliques. Jusqu’où aller avec un seul objet?

C’est grâce à cela que je suis entrée chez Starck.

Le conseil que je donnerais aux étudiants: c’est de construire son approche avant de sortir de l’école parce qu’après c’est difficile!

Merci à Émilie pour cette interview et questions pertinentes, un œil neuf sur un monde souvent difficile d’accès, merci à Matali de nous avoir accordé quelques minutes…

Interview officiel en vidéo…

Notion intéressantes approchées, « l’esthétique relationnelle » , « la prise de risque obligatoire« , « Comment le faire…« 

Le débat est ouvert…

Plus d’informations sur le projet : Samsung Launching People

By Émilie G – Blog Esprit Design


10 commentaires
16.10.2013 02:01
Vincent – Blog Esprit Design

Lire cette interview sur l’étudiante Nathalie Crasset qui montre le problème de l’information et de l’orientation en France puidqu’elle a commence par un IUT de technique de commercialisation ( j’ai été prof dans un IUT technique de commercialisation) .Selon elle, on ne pouvaitr être designer sans diplôme. Or elle commence son activité en Italie par Denis Santachiara qui n’a pas de diplôme.Ensuite quel projet a attiré l’attention de Philippe Starck
http://www.letudiant.fr/loisirsvie-pratique/loisirsvie-pratique-people/les-20-ans-de-matali-crasset-14419.html

17.10.2013 09:10
Prof Z

Nathalie Crasset ❓
« j’ai été prof dans un IUT technique de commercialisation » ❓

Comme quoi les diplômes peuvent permettre d’accéder à des stages, à des rencontres, à des compétences .. mais il n’y a que les idées, sa vision, son talent qui feront la différence

17.10.2013 09:16
Vincent – Blog Esprit Design

@ vincent bed
En 2 eme année de tech de com, les étudiants ne savaient rien ou presque en marketing. Pas plus que marketing= pub. C’est comme si un plombier qui après un an d’étude ne connaissait pas sa boîte à outils de base…
Je suis donc allé au Celsa (wiki: « c’est une grande école française spécialisée dans les champs de l’information et de la communication. L’École des hautes études en sciences de l’information et de la communication, plus connue sous le nom CELSA (sigle de Centre d’études littéraires et scientifiques appliquées, son nom initial abandonné après 1985) .
Nathalie quand elle est rentrée à l’Ensci en savait beaucoup plus. Elle était au moins au parfum en plan marketing de produit cosmétique, avec flaconnage, packaging et tutti quanti …. La suite de sa carrière le démontre.

17.10.2013 11:50
Prof Z

Samsung est dans une logique de « beta-permanente » et d’innovation ouverte….

19.10.2013 07:22
Prof Z

@ Vincent Bed
un sujet : j’ai une autre vision du design « à la force du poignée »…
http://economiemagazine.fr/entreprises/se-faire-un-cafe-a-la-force-des-poignets-grace-a-la-cafetiere-presso

19.10.2013 03:43
Prof Z

Matali Crasset est probablement le designer français, la plus à l’aise avec les mots, les concepts et même avec les néologismes qu’aiment tant les tendanceurs, le côté discursif du design. Elle l’est moins avec la mémoire . Son memoire de L’ensci s’intitulé Connivences. « Tribu domestique » Crasset n’ayant pas d’occurences sur Google, m’a conduit à faire une petite recherche.Son projet de fin d’études est non pas tribu domestique qui est très starckien, mais « trilogie domestique » avec un diffuseur d’eau, de senteurs et de savon , un diffuseur de lumière et un diffuseur de chaleur.
« En tant que femme, c’est important de révolutionner le quotidien ». Je ne crois pas que Matali ait révolutionné le quotidien des femmes car son design est plus souvent dans les expos, les galeries, les musées que dans les maisons (domus, domestique).
Son core biz, son coeur de métier ne lui permet pas d’être dans le quotidien des gens. Je suis le design des boutiques depuis des années, je n’ai jamais été en contact avec un objet de Matali. Or ce qui n’est pas en boutique, n’est pas dans les maisons, les appartements

20.10.2013 08:21
Prof Z

Pour le Monde, Matali Crasset serait une signature connue du design.
Je crois que Matali Crasset n’est connu qu’en notoriété asssistée et non en notoriété spontanée et en notoriété qualifié malgré ses efforts de repétitions d’un vocabulaire formel….

(La notoriété spontanée : le consommateur cite spontanément le nom du designer
La notoriété assistée : le sondé affirme ou non sa connaissance d’un nom lorsque le sondeur lui demande s’il le connaît.
La notoriété qualifiée : le consommateur connait à la fois le nom et ses principaux produits/services. Il y a donc des critères d’attributions….

20.10.2013 12:02
Prof Z

Emile @ Vincent Bed
PRAGUE Designblok 10/ 2013
Matali Crasset pense le design beaucoup mieux que le philosophe autoproclamé du design, [img]http://img.radio.cz/pictures/c/design/designblok_2013_crasset1.jpg[/img]
http://www.radio.cz/fr/rubrique/faits/matali-crasset-tete-daffiche-du-15e-designblok-a-prague

20.11.2013 04:35
Prof Z

Custom Paint, harley paint, airbrushing, harley, motorcycle paint, flames, graphics, hog, hawg, Harley Davidson, PPG, House of Kolor, custom Harley paint, custom. All phases of custom Harley Davidson

16.04.2014 06:05
punti vendita mbt

Qu'en pensez-vous ?

  • :-|
  • ):-)
  • 8-|
  • :-)
  • ;-/
  • B-)
  • ):-(
  • :-D
  • :-S
  • :-p
  • 8-)
  • ;-)
  • :'(
  • :-O
  • :-))
  • :-((
  • ->
  • (!)
  • !
  • ?