Couleurs libres

Couleurs libres - Contour et masse - Laureline Galliot

Couleurs libres – Contour et masse – Laureline Galliot

La couleur est lumière du point de vue scientifique, mais en pratique et dans le design en particulier, elle est matière. J’ai choisi cinq designers qui expérimentent la couleur, la pulvérisent, la fondent, l’emprisonnent ou encore l’impriment en 3D. Tous se réinventent en coloristes.

Souvent dissociée de la forme globale de l’objet, la couleur n’apparaît souvent que sur des détails, elle a une fonction à part dans le design produit. Généralement accusée de brouiller les pistes ou du moins la lisibilité d’un objet, la production multicolore existe mais s’inscrit souvent dans un répertoire précis, comme les objets pour enfants, les articles de sport, les objets fantaisie frôlant un kitsch assumé.
Les projets qui vont suivre prennent le contrepied des problématiques de l’usage et abordent frontalement la couleur, pour elle-même. Elle est le point de départ du projet et suscite expérimentations et mise en place de nouveaux procédés : entre chimie, mélanges secrets et sculptures.

Couleurs libres - Contour et masse - Laureline Galliot

Couleurs libres – Contour et masse – Laureline Galliot

Nadine Goepfert, designer textile, fait suite à une série d’expérimentations sur la glace et les agrégats de couleurs en imaginant Coiceidence. Ce projet rend le procédé de teinture à la fois transparent, lent et aléatoire. Elle travaille la couleur en la changeant d’état : elle la moule puis la congèle. Pour ce faire, elle imagine deux étagères, structure nécessaire à son procédé de coloration. L’une est basse, pour accueillir le textile, l’autre plus haute est perforée. Elle est le support permettant aux blocs de glace colorés de fondre et de s’écouler sur le textile placé à l’étage inférieur. Lentement la couleur glacée fond et crée par son écoulement des motifs uniques. Les couleurs se superposent, se mélangent, le tissu s’imbibe. Le spectateur témoin de son produit en train de se crée, observe le procédé.

La couleur est diluée, gelée, fondue, elle détrempe, se mélange. Ces différents états de couleurs assurent un aléatoire certifié au résultat final.

Couleurs libres - Coiceidence - Nadine Goepfert

Couleurs libres – Coiceidence – Nadine Goepfert

Couleurs libres - Coiceidence - Nadine Goepfert

Couleurs libres – Coiceidence – Nadine Goepfert

Couleurs libres - Coiceidence - Nadine Goepfert

Couleurs libres – Coiceidence – Nadine Goepfert

Couleurs libres - Coiceidence - Nadine Goepfert

Couleurs libres – Coiceidence – Nadine Goepfert

En savoir plus sur le projet : Coiceidence – Nadine Goepfert – Allemagne

Laureline Galliot se réclame autant de la peinture que du design. Pour son projet de diplôme Contour et masse elle choisit de s’affranchir des délimitations des objets et imagine des procédés de création où le designer est à même de concevoir sa palette numérique en 3D. Elle transpose l’outil palette du peintre, en outil numérique immatériel. Ainsi elle invente son processus de création, répondant à ses envies à la fois de peintre et de designer.

Elle choisit deux outils numériques : un logiciel relatif à l’animation 3D pour modéliser ses objets et leurs reproductions en volume et en couleur grâce à une imprimante 3D. C’est à la fois un jeu de textures et de correspondances colorées qu’elle imagine. Ce couple d’outils lui permet de dessiner littéralement dans la couleur. Elle peut ainsi modeler, visualiser en amont les déformations, les effets de couleurs et leurs juxtapositions. La matière est dictée par ses propriétés visuelles, en l’occurrence des effets numériques, des couleurs franches, des flous, des mélanges de photos et de peinture numérique.

Couleurs libres - Contour et masse - Laureline Galliot

Couleurs libres – Contour et masse – Laureline Galliot

Couleurs libres - Contour et masse - Laureline Galliot

Couleurs libres – Contour et masse – Laureline Galliot

Couleurs libres - Contour et masse - Laureline Galliot

Couleurs libres – Contour et masse – Laureline Galliot

Couleurs libres - Contour et masse - Laureline Galliot

Couleurs libres – Contour et masse – Laureline Galliot

Couleurs libres - Contour et masse - Laureline Galliot

Couleurs libres – Contour et masse – Laureline Galliot

En savoir plus sur le projet : Contour et masse – Laureline Galliot – France

James Shaw porte la couleur comme un étendard guerrier. Il imagine des armes Making Guns series pour qu’elles deviennent son arsenal et lutter pour la défense d’un territoire créatif, contre la banalité et l’oppression des systèmes de production industrielle. « Chaque pistolet est une innovation en soi, et chaque arme est capable de produire de nouvelles innovations. Ces armes sont des outils pour créer, pour faire des images de possibles nouveaux mondes » déclare le designer anglais. De ce discours politisé et militaire, mon attention s’est portée au Papier Maché Gun, car la place de la couleur est, grâce cette arme : massive.

Un mélange de fibre de papier recyclé, d’eau, de colle et un pistolet sous pression, permettent à James Shaw de réaliser un flocage sur des objets existants de sa fabrication. La couleur s’épaissit et s’intensifie en fonction de ses projections et de leurs fréquences. Il crée des mélanges de couleurs, des dégradés et laisse volontairement son processus visible en laissant des parties en réserve. La couleur, là encore, devient une texture, elle est épaisse et rugueuse dans le travail de James Shaw.

Couleurs libres - Making Guns Series - James Shaw

Couleurs libres – Making Guns Series – James Shaw

Couleurs libres - Making Guns Series - James Shaw

Couleurs libres – Making Guns Series – James Shaw

Couleurs libres - Making Guns Series - James Shaw

Couleurs libres – Making Guns Series – James Shaw

Couleurs libres - Making Guns Series - James Shaw

Couleurs libres – Making Guns Series – James Shaw

Couleurs libres - Making Guns Series - James Shaw

Couleurs libres – Making Guns Series – James Shaw

En savoir plus sur le projet : Making Guns Series – James Shaw – Angleterre

Colour provenance – (ou l’origine des couleurs en français) est le projet de diplôme de Laura Daza de la St Martins School of Art de Londres. Elle décrit son projet de cette façon : « Couleur Provenance est une enquête visuelle et une interprétation des origines antiques des pigments de couleur. En développant une compréhension et une connaissance approfondie de la façon dont la couleur est fabriquée et utilisée dans le passé, j’espère à la fois à célébrer les rites anciens, les techniques alchimiques et nous encourager à apprécier l’origine des couleurs« .

Ce projet est une réponse aux couleurs digitales appauvries, selon elle. En enquêtant sur l’origine et la fabrication de couleurs, elle crée un peu de magie dans le processus, comme le ferait un alchimiste. Elle dévoile certains de ses secrets de fabrication dans cet ebook (voir ici).

Couleurs libres - Colour provenance - Laura Daza

Couleurs libres – Colour provenance – Laura Daza

Couleurs libres - Colour provenance - Laura Daza

Couleurs libres – Colour provenance – Laura Daza

Couleurs libres - Colour provenance - Laura Daza

Couleurs libres – Colour provenance – Laura Daza

Couleurs libres - Colour provenance - Laura Daza

Couleurs libres – Colour provenance – Laura Daza

Couleurs libres - Colour provenance - Laura Daza

Couleurs libres – Colour provenance – Laura Daza

En savoir plus sur le projet : Colour provenance – Laura Daza

crédit photo kkgas photography

Le résultat matérialisé de ses concassages, mixages correspond à des objets matières aux couleurs denses. Le projet de Studio Monsieur, Pigments, s’inscrit dans ce même principe de création de matière avant même d’être forme ou fonction.  Studio Monsieur déclare dans un entretien à Strabic : « Dès que l’on rajoutait quelque chose dans le dessin, la forme prenait le pouvoir et la couleur devenait anecdotique… ».  Là, semble résider l’enjeu du travail de la couleur. La forme suit la fonction tandis que la couleur dicte la forme.

Couleurs libres - Pigment - Studio Monsieur

Couleurs libres – Pigment – Studio Monsieur

Couleurs libres - Pigment - Studio Monsieur

Couleurs libres – Pigment – Studio Monsieur

Couleurs libres - Pigment - Studio Monsieur

Couleurs libres – Pigment – Studio Monsieur

Couleurs libres - Pigment - Studio Monsieur

Couleurs libres – Pigment – Studio Monsieur

EN savoir plus sur le projet : Pigment – Studio Monsieur (Parution sur BED)

A travers ces différents projets, on observe des prises de risques, des expérimentations, des inventions de procédés pour changer la perception d’un tout. Il y a une grande créativité déployée pour faire correspondre de manière assez précise, un désir, une image mentale et sensible à la réalité et donner forme à un design plus coloré que jamais.

By Blog Esprit Design


Alice Pessey
Jeune designer, je m’intéresse au sens que produisent les objets, à leur contexte de création et à la narration qu’ils induisent. J’aime découvrir des talents émergeant, des matériaux métamorphosés et de nouvelles techniques de création.
5 commentaires

 CONTRAIREMENT AU SCIENTIFIQUE + PHILOSOPHE  DESCARTES, JE PENSE  DONC JE NE SUIS PAS…. Des la première phrase je ne comprends pas »La couleur est lumière du point de vue scientifique, mais en pratique et dans le design en particulier, elle est matière »……  Nous avons ici des OBJETS  qui reflechissent la LUMIERE ou plutôt  dans unblog des photos d’objets  et moi le regardeur, le SUJET REGARDANT dans tous les sens du terme, je les perçois par  un de mes 5 sens, la VUE  …  Depuis 25 siècles et ARISTOTE, nous avons 5  sens et en fait c’est bien plus. Dans notre cerveau,  quand je regarde , beaucouyp  d’autres sens sont  actionnés.En fait c’est  non mon oeil mais mon cerveau avec  ses 100 millards de neurones   avec  10000 connections chacun qui les intrepretent à partir de mes MEMOIRES NON CONSCIENTES… et  assez souvent avec ma MEMOIRE EXTERNE…Pour moi la couleur est  la  SURFACE des CHOSES…  ici  une fine couche de matière sur la matière principale de l’objet  mais  dans mon ecran  il y a des couleurs et aucune couche de matière supplementaire car  les COULEURS  sont faites par SYNTHESE ADDITIVE DES COULEURS…contrairement aux  couleurs de  l’OBJET VU  qui est fait par SYNTHESE SOUSTRATIVE DES COULEURS… J’espere vous avoir  éclairé   sur le fait que le design  est mal assis entre deux chaises  LES ARTS et LES SCIENCES… Quand je dis à la surface des choses, j’ai oublié certains Ensci dont  Mathieu  LEHANNEUR: Objets therapeutiques.

25.02.2015 10:57
Prof Z

UN SCHEMA VAUT MIEUX QU’UN LONG DISCOURS… COURS DE 1ere Chacun  voit  non l’objet , non la lumière  incidente sur l’objet  mais ce qui est   construit dans tous les sens  par des circuits  neuronaux  dans  son cerveau  ….http://pst.chez-alice.fr/image7/voir.gif   

25.02.2015 11:53
prof Z

 LA COULEUR  DEVRAIT ËTRE UNE MATIERE ( SCOLAIRE)… Quand on utilise un mot on devrait  dire dans quel contexte on l’utilise.   La couleur perçu   par un sujet  n’est pas plus une matière  qu’une lumière , c’est  à dire de la physique donc de la science  dure  C’est  une construction de l’esprit du sujet….car souvent la couleur perçu n’existe que dans la tête de celui qui regarde. Toute couleur est mise en relation avec une objet enregistrée.   La psychologie  qui est de moins en moins une science molle, nous dira  qu’ une pomme rouge sera  liée à un fruit pour un enfant , à l’amour  pour un  adulte et au sang pour une personne agée .  Tout le monde sera d’accord pour le bleu qui sera lié au ciel  Allez expliquer à un enfant pourquoi le ciel est bleu  alors que sans atmosphere il est noir et pourquoi  le soleil jaune  pour tout le monde   sauf  pour les astronautes dans l’espace le voit blanc.  Dessin de 5, 5  designers

26.02.2015 09:08
prof Z

 MA CONCLUSION: UNE COULEUR N’EST JAMAIS LIBRE…. ELLE EST TOUJOURS CONTEXTUELLE  SUR UNE CHOSE, SUR UN ARTEFACT ( UN OBJET D’ ART OU   D’ARTISANAT OU  DE  DESIGN) PLACE DANS UN CONTEXTE , DANS UN  ESPACE   PHYSIQUE ET DANS L’ESPACE  MENTAL DU SUJET EN RELATION AVEC  D’AUTRES CHOSES   STOCKE EN MEMOIRE DE MANIERE LE PLUS SOUVENT NON CONSCIENTES… Il faut commencer à faire un pont entre l’esthétique  et les neurosciences, c’est à dire  faire de la neuroesthetique car nous avons des années de psychologie cognitive, d’imagerie  avec  les IRM .  La pub, le marketing, la com,  le management savent  l’utiliser  vers le CONsommateur mieux que le design….

26.02.2015 12:10
prof Z

 Laureline  GALLIOT  A BEAUCOUP DE TALENTS:  EST CE UNE PEINTURE DU DESIGN  CONTEMPORAIN?… Je ne comprends pas tout ce qu’elle écrit   même pour un workshop pour enfants… Quelquefois les ENSCI sont les ateliers de impénetrables, une sorte de Sorbonne du design bien dans l’esprit français  qui intellectualise tout diraient nos cousins italiens. En dehors du cochon  à monnaie tombé dans un bain de couleurs qui me fait penser au cochon  à monnaie et à  fleurs (belle trouvaille  du designer styliste hollandais    Marcel Wanders de mixer deux typologies d’objets  dans son style),  je trouve que la relecture à la  Eindhoven bis  de la Bouilloire de STARck pour Alessi est brillante mais probablement  pas pour  Alberto Alessi mais on est ici dans du design artisanal ( impressionniste ? Non ?  Sinon cochon de Monet me fait bien rire)https://www.centrepompidou.fr/media/imgcoll/Collection/3I/02/3I02284_normal.jpg

27.02.2015 03:14
prof Z

Qu'en pensez-vous ?

  • :-|
  • ):-)
  • 8-|
  • :-)
  • ;-/
  • B-)
  • ):-(
  • :-D
  • :-S
  • :-p
  • 8-)
  • ;-)
  • :'(
  • :-O
  • :-))
  • :-((
  • ->
  • (!)
  • !
  • ?