Flashback Design 101

BEDesign : flashback Design

Malgré ce long weekend pour bon nombre d’entre nous, BEDesign et sa rubrique Flashback Design subsistent et résistent !

Une idée simple : Faire vivre les archives du blog, avec plus de 1300 articles aux compteurs !

>> tête d’affiche

Suspensions Bird par Zhili Liu

Suspensions Bird par Zhili Liu


>> 2008

Collection Chiuso par Emma Elizabeths

Collection Chiuso par Emma Elizabeths

Collectif 100 Lica

Collectif 100 Lica

Astucieux Couvercles pour bocaux

Astucieux Couvercles pour bocaux


>> 2009

Moderne ou Baroque ?

Moderne ou Baroque ?

Daniel Becker, designer allemand

Daniel Becker, designer allemand

Concept Spotlights par Caroline Schilling

Concept Spotlights par Caroline Schilling

Lampe carbone 451 par Marcus Tremonto

Lampe carbone 451 par Marcus Tremonto


>> 2010


Chaise moléculaire par Antonio Pio Saracino

Chaise moléculaire par Antonio Pio Saracino

2 tabourets par Nir Meiri

2 tabourets par Nir Meiri

Boule(s) de lumière par Johannes Hemann

Boule(s) de lumière par Johannes Hemann

Tour de béton par Heavytool

Tour de béton par Heavytool

lampe à poser BANG

lampe à poser BANG

Et pour vous, quel est l’article le plus marquant / intéressant / intriguant / inspirant de cette sélection ??

Très bon weekend à tous, à Lundi !

By Blog Esprit Design


Vincent - Blog Esprit Design
Fondateur - Rédac chef chez Blog Esprit Design
8 années au sein d'une startup web,du développement au marketing en passant par la communication, pour aujourd’hui diriger le pôle digital d'une agence de communication, entre Lyon et Paris. BED garde une place de choix au quotidien...
4 commentaires

belle selection

15.11.2011 05:56
Prof Z

C’est superbe tout ça!

14.12.2011 02:03
Aurel

@Aurel
Je vois renvoie au « Tout est bien » de Voltaire. Tout est bien, Tout est bon, tout est beau ( tout est superbe), tout est juste est loin de la réalité d’aujourd’hui. Cela est-il conforme à la « La réalité technologique d’aujourd’hui à demain » de notre terre, votre livre. Non ? En voici le résumé : »Au milieu du 20ème siècle, les nouvelles technologies au sens large ont bel et bien préparé tout ce que nous connaissons et ce dont nous ayons accès aujourd’hui, le monde numérique avec ses dérives aussi bien « Big Brother » que le piratage. De l’utile à l’agréable en passant par l’inutile aussi parfois, beaucoup de produits ainsi que leurs services restent
chers. Tout progrès mérite justice, justesse et maîtrise. Aussi bien dans la culture qu’au niveau des libertés individuelles et aussi dans la lutte contre la piraterie culturelle et pire encore la cybercriminalité sous toutes ses formes…Quel avenir pour la télévision aussi? Comment pourront-on démocratiser au mieux une société sans fracture numérique tout en restant vigilant et en sauvant au mieux les libertés individuels. Faudra-t-il plus de consommation high-tech pour mieux se rencontrer réellement ou moins? »

14.12.2011 08:28
Prof Z

Diplômée de l’ENSAD avec mentions ( plusieurs?) en 2009.CAROLINE SCHILLING se presentait comme « les mains dans la matière et la tête dans la création, j’aime à voir des projets prendre vie » « Également bilingue en anglais, je serais ravie de mener à bien vos projets internationaux ».Je lui avait conseillé alors de prendre le chemin de la Design Academy de Eindhoven, plutôt qu’une recherche d’éditeur à quelques % de royalties donc du designer à atelier, du designer entrepreneur…J’avais demandé l’avis de 2 assistants de CEO d’éditeurs italiens de luminaires mondialement connus qui ont rejeté le principe même de cette création hybride car pour eux les 2 fonctionnalités se contrarient plus qu’elles ne se complètent.
« Créative, passionnée, curieuse et réactive  » elle m’avait copieusement insulté…. Le projet est resté à l’état de projet de diplôme.
Elle se présenté comme « designer idéiste » (Dont le but est l’expression de l’idée ou des idées)ce qui peut laisser encore plus perplexe qu’un designer plasticien…
« L’œuvre d’art devra être premièrement idéiste, puisque son idéal unique sera l’expression de l’idée, deuxièmement symboliste puisqu’elle exprimera cette idée en forme, troisièmement synthétique puisqu’elle écrira ses formes, ses signes selon un mode de compréhension général, quatrièmement subjective puisque l’objet n’y sera jamais considéré en tant qu’objet mais en tant que signe perçu par le sujet, cinquièmement l’œuvre d’art devra être décorative.Le tableau de chevalet est illogique ; le rôle de la peinture est de décorer de pensées, de rêves, d’idées, les murs des édifices. Mais il manque encore un élément à cette œuvre d’art : l’émotion, non l’émotion des faiseurs de chromos, mais l’émotion de l’âme qui frissonne » Albert Aurier .Le Mercure de France. mars 1891. »
Constance Guisset qui a fait une grande ecole de commerce a plus le sens de la réalité du marché: elle se positionne en designer scénographe…. ce qu’à fait
CAROLINE SCHILLING, des vitrines, des scénographies….

14.12.2011 09:14
Prof Z

Qu'en pensez-vous ?

  • :-|
  • ):-)
  • 8-|
  • :-)
  • ;-/
  • B-)
  • ):-(
  • :-D
  • :-S
  • :-p
  • 8-)
  • ;-)
  • :'(
  • :-O
  • :-))
  • :-((
  • ->
  • (!)
  • !
  • ?