Grands Prix de la Création de Paris 2023 : Qui est la designeuse Julie Richoz ? (2/2)

08 janvier 2024 /
Pas encore de commentaires

Chaque année, le Bureau du Design, de la Mode et des Métiers d’Art met en lumière la jeune création française. Le 15 septembre dernier, au sein de l’Hôtel de ville de Paris, les sept lauréats des Grands Prix de la Création ont été dévoilés. L’occasion de revenir sur ce concours emblématique imaginé il y a trois décennies.

Quand nous pensons aux Grands Prix de la Création de la ville de Paris, le visage des ancien.ne.s lauréat.e.s Matali Crasset, Ronan Bouroullec ou encore Amélie Pichard nous reviennent en tête. Depuis 2006, le BDMMA tient à valoriser la jeune création et le savoir-faire français. Véritable incubateur, il accompagne de jeunes professionnelles allant de la mode au design afin de donner naissance à leur projet et de ce fait, leur apporter une certaine stabilité.

Présidé par la designer Inga Sempé, le jury design de cette 30e édition se composait de seize membres allant du journaliste Olivier Waché à Silvia Dore, présidente de l’Alliance Française des Designers.

Et le Grand Prix Design 2023 est… Julie Richoz

À la suite de l’obtention de son diplôme à l’ECAL (Ecole cantonale d’art de Lausanne) en 2012 et du Grand Prix du Jury à la Design Parade de la Villa Noailles la même année, Julie Richoz fait ses armes aux côtés du designer Pierre Charpin durant deux années Depuis, la jeune femme a lancé son propre studio de design, principalement axé sur le partenariat avec des éditeurs de mobilier renommés tels qu’Alessi, Louis Poulsen, Louis Vuitton et La Manufacture du Cogolin. 

La designeuse consacre alors son temps à l’élaboration de pièces de mobilier et d’objets destinés à toucher un public plus large. Cependant, s’engager sur ce terrain souligne l’importance d’une attention particulière aux détails. Ce que Julie Richoz réalise à la perfection.

Cette année, la jeune femme est le nouveau visage du Grand Prix Design de la ville de Paris. L’occasion de se pencher sur son approche particulière du design et sur sa relation profonde avec les matériaux. Rencontre avec cette jeune designeuse à qui tout réussit. 

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre pratique ?

Mon travail aborde le mobilier, les objets et le textile. J’accorde une grande importance à l’histoire des éditeurs de mobilier avec qui je collabore afin de réaliser des projets qui répondent parfaitement à leurs besoins. Je dois dire que j’utilise une méthodologie uniforme pour chacune de mes créations.

Tout commence par une discussion avec les différents éditeurs, j’essaie de répondre à un brief plus ou moins précis. Concernant ma pratique, je pars toujours de quelque chose que j’ai déjà exploré dans un objet précédent. Cela peut être une finition particulière ou une manière particulière de travailler la matière. Il faut toujours qu’il y ait du sens par rapport à l’outil de fabrication ou le matériau utilisé. 

Est-ce qu’il y a une matière qui vous attire en particulier ? 

Le verre sans hésitation. J’ai déjà exploré ce matériau en collaborant avec le Cirva à Marseille, puis un peu plus tard au Mexique lors de la foire d’art ZonaMaco. Actuellement, ma fascination réside dans l’exploration des différentes méthodes de création du verre soufflé. Parfois, j’envisage de fabriquer mes propres objets, mais cette démarche nécessite un partenariat avec des éditeurs.

Quelles créations avez-vous choisi de présenter lors des révélations des Grands Prix de la ville de Paris ? 

J’ai choisi de présenter mes collaborations avec les éditeurs de mobilier, ce qui constituent le cœur de mon travail. Cette présentation comprend à la fois la première et la dernière pièce de mobilier que j’ai réalisé pour eux. Le premier projet a été développé pour Alessi, il s’agit d’un d’un porte-images composé d’un plateau en bois complété par deux cadres en fil de fer.Cette création est issue d’un projet réalisé pendant mes études à l’ECAL où l’éditeur de mobilier a sélectionné les cinq créations les plus prometteuses. La deuxième pièce design est une petite table d’appoint en bois réalisée pour l’éditeur de meubles italien Mattiazzi. J’ai souhaité que cette pièce soit à la fois sculpturale et fonctionnelle.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous inscrire aux Grands Prix de la création de la ville de Paris ? 

Tout d’abord, j’étais intéressée de rencontrer les personnalités présentes dans le jury. En parcourant l’annonce du concours et les critères définis pour les créateurs recherchés, j’ai trouvé des caractéristiques qui résonnaient en moi. La création de ce prix par la ville de Paris, qui vise à soutenir les jeunes créateurs, est vraiment louable.

Le financement qui m’a été attribué permettra d’améliorer considérablement la flexibilité de mon atelier, en facilitant la production de prototypes pour mes projets à venir. Cette récompense me permettra d’acquérir une plus grande autonomie dans le développement de mes objets et pièces de mobilier.

Plus d’information sur Julie Richoz

Plus d’informations sur le prix : Grands prix ville de parisBDMMA

By Blog Esprit Design


Gallerie (14)

ImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImageImage
À propos de l'auteur
Image
Marine Mimouni
Journaliste indépendante depuis plus de deux ans, Marine s’est prise de passion pour le design, l’architecture et l’artisanat. Elle a développé un goût et un regard sensible pour la beauté et le fait-main au cours de ses multiples voyages. Amoureuse des mots depuis son plus jeune âge, Marine ne cesse de transmettre des émotions dans ses écrits. @marine.mimouni

Laisser un commentaire

Ne manquez pas les actualités design
Dans le même rayon

Annonces

Ne manquez pas les actualités design