Thames glass : les carreaux de verre réalisés en coquilles de moules

Le studio d’architecture londonien Bureau de Change, en collaboration avec la designer Lulu Harrison, ont imaginé une gamme de carreaux de verre à motifs. Le point de départ de cette création pleine d’avenir est le biomatériau conçu par Lulu Harrison à partir de coquilles de moules Quagga. 

Leurs travaux ont été présentés lors de l’exposition Beautility: How Fusing Beauty and Function Can Change the World, organisée par Here Design, dans le cadre de la London Craft Week

Thames glass : les carreaux de verre realises en coquilles de moules Thames glass : les carreaux de verre realises en coquilles de moules Thames glass les carreaux de verre realises en coquilles de moules

Un verre d’un nouveau genre

Ce biomatériau imaginé par Lulu Harrison est réalisé à partir de 3 matières premières : des coquilles de moules quagga broyées, des cendres de bois et du sable local. Le verre est déjà un matériau durable car on peut le recycler à l’infini. Cependant, l’alternative proposée par la créatrice est encore plus éco-responsable car elle utilise des déchets pour sa production. Sa démarche est donc l’upcycling, avec des déchets abondants qui n’auraient pas été utilisés par ailleurs. 

En effet, au Royaume-Uni les coquilles de moules quagga se retrouvent souvent dans des décharges, et elles peuvent ensuite créer des blocages dans les tunnels de transfert d’eau de la Tamise. C’est pourquoi il était intéressant d’imaginer un nouvel usage pour ces coquilles. La designer Lulu Harrison a alors collaboré avec les services publics pour trouver un moyen de recycler ce matériau naturel.

Thames glass : les carreaux de verre realises en coquilles de moules

Thames glass : les carreaux de verre realises en coquilles de moules

Thames glass : les carreaux de verre realises en coquilles de moules

Du matériau brut à des usages futurs

Au départ, Thames glass a donné lieu à des petits objets. Des vases en verre soufflé, des gobelets ou encore des carafes. 

Thames glass : les carreaux de verre realises en coquilles de moules

Afin de pousser encore plus loin le matériau de Lulu Harrison, les architectes fondateurs du Bureau de Change, Katerina Dionysopoulou et Billy Mavropoulos, ont cherché à déterminer si ce verre pourrait devenir un revêtement écologique pour les bâtiments. L’idée d’utiliser Thames Glass à une échelle architecturale a été un vrai défi pour ces concepteurs. Ils voulaient apporter une dimension esthétique au projet pour lui donner un avenir certain. 

En s’inspirant de l’histoire architecturale de Londres, les créateurs de Bureau de Change ont créé des motifs ornementaux pour ce nouveau type de verre. 

Le verre a ensuite été coulé dans des moules imprimés en 3D, pour devenir ces carreaux à motifs inspirés du 19ème siècle. 

Thames glass : les carreaux de verre realises en coquilles de moules Thames glass : les carreaux de verre realises en coquilles de moules

On apprécie beaucoup la manière dont les architectes ont poussé encore plus loin le concept imaginé par la designer Lulu Harrison. C’est un excellent exemple de cercle vertueux. En partant d’un déchet problématique, on peut révolutionner toute une industrie, ici le verre. Nous espérons voir bientôt ces carreaux de verre à l’esthétique bien marquée, mis en application sur des façades de bâtiments. 

Thames glass les carreaux de verre realises en coquilles de moules

Découvrez les autres travaux du studio Bureau de Change et de la designer Lulu Harrison

By Blog Esprit Design


Clémentine Brochier
Rédactrice avec 8 ans d’expérience, d‘abord en agence de communication et désormais en tant qu’indépendante. Mes sujets préférés sont principalement liés à l’habitat : design d’objet et d’intérieur, architecture, bricolage et qualité du logement.
Pas de commentaires

Qu'en pensez-vous ?

  • :-|
  • ):-)
  • 8-|
  • :-)
  • ;-/
  • B-)
  • ):-(
  • :-D
  • :-S
  • :-p
  • 8-)
  • ;-)
  • :'(
  • :-O
  • :-))
  • :-((
  • ->
  • (!)
  • !
  • ?