Exposition l’Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

À l’heure d’interrogations sur les modes de consommation et de production des objets manufacturés, le savoir-faire, le geste de l’Homme, n’a jamais eu autant de sens et de valeur.

Dans le cadre des Journées Européennes des métiers d’art, l’exposition l’Empreinte du Geste met à l’honneur le parcours et le travail de 18 créateurs du 29 Mars au 03 Avril au Musée des Arts Décoratifs. Par une approche contemporaine et renouvelée de leur savoir-faire, ils révèlent le véritable sens du geste des métiers d’art. Il porte la trace de leur identité de leurs valeurs et en imprègne leurs productions.

Ce geste, empreinte humaine et sensible s’y dévoile en 5 étapes: le témoignage de la passion, le sceau de la création, l’expression de l’invention, le partage d’un sentiment de beauté et la mémoire de l’échange.

L’exposition se tient dans le hall des Maréchaux, au 103 rue de Rivoli, la scénographie minimale de verre et béton signée DAS Studio, soutenue par le travail d’illustration et de graphisme de Violaine et Jérémy et de Thomas Rouzière, confronte des créations affranchies de leur héritage et d’inspiration naturaliste, à l’histoire et à l’évocation d’une société standardisée, normalisée en quête de renouveau.

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

© Seen By Kloé pour Blog Esprit Design

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Manon Clouzeau – céramiste (au premier plan) © Seen By Kloé pour Blog Esprit Design

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

© Seen By Kloé pour Blog Esprit Design

Les 18 créateurs invités viennent d’horizons et de domaines variés, mais ont tous en commun la passion pour l’excellence du geste   artistique et un véritable désir de transmission: Mona Oren (sculpteur sur matériaux de synthèses), Pascal Oudet (tourneur d’art sur bois), Antoine Brodin (verrier), Mathieu Miljalvac (artiste taxidermiste), Bertrand Lacourt (ébéniste), Romain Langlois & Éric Papon (sculpteur sur bronze et modeleur – mouleur, spécialiste de la pétrification), Steaven Richard (ferronnier d’art), Antonin Pons Braley & Fanny Boucher (héliograveur et maître d’art en héliogravure), Mathias Kiss (artiste), Manon Clouzeau (céramiste), Judith Bourdin (créatrice textile), l’Atelier Alain Ellouz (tailleur de pierres), Florie Dupont (joaillière), Célia Casal & Florian Aviet (relieuse d’art et graphiste) et Jérôme de Gerlache (réalisateur).

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Judith Bourdin ©Mélanie Challe

Nous nous sommes entretenus avec Éric Sébastien Faure-Lagorce, directeur de création indépendant et commissaire de l’exposition, qui intervient auprès d’institutions, marques, ateliers et créateurs indépendants pour la conception, la production et la direction de leurs projets de création et de développement:

– Pouvez vous nous décrire en quelques mots votre parcours et votre implication avec l’INMA? 

Sinueux mais toujours lié à la création contemporaine, aux savoir-faire, à l’innovation et à la communication, mon parcours est fait de multiples expériences auprès d’institutions, de marques, d’ateliers, de créateurs ou encore dans la production audiovisuelle.

Mon histoire personnelle et une rencontre déterminante avec un ensemblier décorateur ont posé les bases d’une réflexion sur l’art de vivre et les métiers d’art, les rapports entre histoire et modernité, patrimoine et invention, l’Homme et l’objet.

En 2013, l’Institut National des Métiers d’art, en la personne de sa directrice générale Marie-Hélène Frémont s’est intéressé à cette démarche. Elle rejoignait sa stratégie pour le secteur et notamment son projet d’exposition pour l’édition 2015 des journées Européennes des Métiers d’Art.

Cette collaboration a donné naissance à notre premier projet, l’exposition « Mutations », laquelle n’aurait été envisageable sans le précieux concours des Arts Décoratifs et le soutien de la Manufacture Horlogère Vacheron Constantin qui a permis la production des 10 pièces contemporaines que nous présentions. Nous avons tous et d’un commun accord décidé de poursuivre notre collaboration pour cette édition 2016 et la production de « L’Empreinte du Geste ».

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Fallen From Grace, Risen From Man – exposition 2013 – Predrag Pajdic & Mathieu Miljavac

Mathieu Mijavac - artiste taxidermiste © Seen By Kloé pour Blog Esprit Design

Mathieu Mijavac – artiste taxidermiste © Seen By Kloé pour Blog Esprit Design

– Comment avez vous opéré la sélection des créateurs de l’exposition? Combien de temps vous a-t-il été nécéssaire pour faire naître ce projet?

Entre la conception du projet et son ouverture au public, près de 9 mois de travail auront été nécessaires. Par ce projet nous cherchions à révéler le véritable sens du geste des métiers d’art, la trace, l’empreinte qu’il laisse sur l’objet. Il n’est pas qu’un acte de production mais restitue l’identité de celui qui l’exécute et véhicule des valeurs très singulières.

L’exposition est donc une galerie de portraits, un parcours de valeurs et évidemment un espace de présentation de créations contemporaines. Chacun a donc été sélectionné selon des correspondances entre son parcours et les valeurs universelles que diffusent les métiers d’art : la passion, la création, l’invention, le beau et l’échange.

Et pour mieux faire entendre ces valeurs, il nous fallait un langage visuel universel. La nature, sujet de prédilection dans les métiers d’art et commun à l’humanité est apparu comme une évidence. Chacune des pièces présentées y fait référence dans son inspiration, sa forme, ses textures, la matière qui est mise en oeuvre ou son propos, certaines sont mêmes des références explicites à l’empreinte.

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Moule en latex de feuille de nénuphar par Mona Oren © Helen Michaelsen

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Max Painting – Mona Oren (95 x 120) | 2015. éclairé par une lumière led | © Moshe Oren

– L’empreinte du geste replace l’humain au coeur de l’objet. Est-ce que les modes de consommation de demain se dirigent selon vous vers cette direction? 

« L’Empreinte du Geste » est plus qu’une exposition. Il s’agit d’un événement global. L’exposition place l’Humain au coeur des métiers d’art et de la conception de l’objet. Les conférences, projections, projets de financement participatif et le pop-up store évoquent un projet de vivre ensemble, une redéfinition des modes de financement, de production et de consommation. Cette redéfinition émerge, nous l’accompagnons.

Il ne s’agit pas d’évoquer des nécessités environnementales mais bien la place que nous accordons à tous et chacun dans notre façon responsable de consommer moins mais mieux ou peut-être différemment, avec plus de sens.

Les savoir-faire, la création, la singularité et l’authenticité sont devenus des fers de lance pour beaucoup. Les associer aux métiers d’art n’est pas un argument marketing, il s’agit d’une réalité. La place qui est accordée à cette mouvance dans les espace commerciaux avant-gardistes est indéniable et n’est pas seulement liée à l’objet. J’aime à faire le parallèle entre ces comportements et ceux que l’on constate dans le fooding.

Il y a désormais une dimension culturelle dans l’acte d’achat, connaître l’Histoire du produit, sa saisonnalité, le savoir-faire celui qui en est à l’origine, son terroir et jusque dans sa dimensions patrimoniale. Ces notions sont transposables à l’objet d’art.

Opera Day / Opera Night par Mathias Kiss © Seen By Kloé pour Blog Esprit Design

Opera Day / Opera Night par Mathias Kiss, décor ciel de jour ou de nuit peint sur bois © Seen By Kloé pour Blog Esprit Design

– En quoi est-il important de créer des ponts entre les différents univers (mode, architecture, design…) et les métiers d’art? 

Nous ne créons pas ces ponts, nous les facilitons et les revalorisons. Ils ont toujours été. Peut-être les métiers d’art ont-ils trop longtemps été présentés comme des métiers du patrimoine, des métiers de façon et non comme des métiers de création. Le dessin et l’idée ont pris le pas sur le savoir-faire.

Ces distinctions n’ont plus lieu d’être. Les pratiques créatives sont désormais décloisonnées, perméables. Et s’il s’agissait de situer les métiers d’art dans ces pratiques j’en reviendrai à une image naturaliste. La création est un arbre aux multiples branches. Elles puisent toutes leur essence dans des racines communes : les métiers d’art.

Ils sont des métiers certes techniques, de transformation de la matière, mais ils ont pour seule finalité de donner corps à des objets, oeuvres, vêtements ou espaces qui subliment notre quotidien, que cela se fasse par l’artisan d’art lui-même ou par l’intermédiaire d’un autre.

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Écho par Romain Langlois

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Pascal Oudet ©Pascal Oudet

– Les notions de partage, de transmission (créateurs comme dépositaires d’un savoir à transmettre) au travers d’expériences interactives sont très présentes dans cette exposition. Pouvez vous nous expliquer l’importance de ce partage? Souhaitez vous faire naître des rencontres humaines? 

 Les métiers d’art sont une expérience à part entière fondée sur le partage et la transmission. Il ne s’agit pas seulement de transmission d’un savoir-faire. Elle est évidemment une priorité pour que ne disparaissent des pans entiers de notre identité, de notre patrimoine culturel. La création par les métiers d’art amène nécessairement à la transmission d’un patrimoine immatériel (le savoir-faire et son histoire) et matériel (leurs productions), cela fera l’objet d’une conférence.

Néanmoins l’acte de transmission dans les métiers d’art dépasse cette seule caractéristique. L’individualisme n’a pas de place dans ce secteur et le partage est l’un de ses piliers, qu’il s’agisse de partage autour de la création, de la fabrication mais surtout dans le passage de l’objet d’une main à l’autre, de celle du concepteur à celle de son récipiendaire.

Cette chaîne de transmission et de partage est très singulière, elle est une expérience dans laquelle l’humain et le sensible ont une place prépondérante. C’est ce que nous illustrerons notamment dans une seconde conférence avec le travail photographique de Gianni et Tiziana Baldizonne mené dans des ateliers d’art. Ils ont réussi à y capturer des instants incroyablement émotionnels lors de phases de transmission d’un savoir-faire entre maître et élève.

C ‘est également tout l’objet de l’installation interactive présentée par la céramiste Manon Clouzeau dans l’exposition. Elle est une invitation à redéfinir nos rapports à l’objet et la symbolique que nous lui accordons. Les rencontres permises avec d’autres créateurs pendant toute cette semaine y concourent également.

– le geste humain est-il nécessairement en opposition avec les nouvelles technologies ou permettent-elles une réinterprétation de l’objet?

Il n’y a aucune incompatibilité, mais une raison à garder dans leur utilisation. Considérons seulement ces nouvelles technologies comme de nouveaux outils. La scie peut certainement laisser place à la découpe laser, mais ces nouveaux outils ne sont pas une fin en soi ni même une condition sine qua non de modernité. Il est des opérations que la main peut exécuter sans égal et la place des métiers d’art est ici. Le recours à la main porte également une vibration que la machine ne peut atteindre.

Le travail que nous avons mené avec le designer Felipe Ribon et l’orfèvre Nicolas Marischaël pour l’exposition Mutations en est une illustration. Leur proposition d’associer une technologie contemporaine de diffusion du parfum à des techniques artisanales d’orfèvrerie a abouti à une parfaite équation dans ces rapports nouvelles technologies – geste humain. « Osmos » est une ré-interprétation surprenante d’un diffuseur de parfum daté du XVIIIème siècle. C’est précisément pour cela que la récompense Dialogues du Prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la Main leur a été décernée.

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Trésor noir par Antoine Brodin © François Golfier

– Est-ce que les arts dits « décoratifs » peuvent être pensants par eux-mêmes, transmettre une idée, aller au-delà de l’esthétique? Ou ont-ils besoin de s’inscrire dans une démarche plus globale (celle d’un architecte par exemple) afin de véhiculer un message?

L’objet d’art n’est pas silencieux. Certes esthétiques, à vocation utilitaire ou décorative, les productions des arts décoratifs peuvent conter une histoire particulière, intégrées à une démarche globale ou par leur seule présence. Les techniques ornementales et l’ornement en sont les témoins. Les métiers d’art y sont tout particulièrement associés.

Visiter le Château de Versailles ou les collections des Arts Décoratifs ne se résume pas à admirer le goût et la magnificence d’une époque, ses formes, ses couleurs etc… Il s’agit parfois de s’attarder sur les symboles placés ici ou là, décoratifs ou structurels. Ils ne sont pas anecdotiques car constituent un véritable vocabulaire qui permet de décrypter un message dissimulé dans l’objet. Bâtir un décor constituait parfois à écrire la page d’un ouvrage historique.

Les métiers d’art contemporains n’ont pas rompu avec cet héritage. Certains n’ont d’ailleurs pas hésité à engager une démarche artistique, plastique fondée sur leurs savoir-faire. Le travail de Mathias Kiss en est un exemple. En l’invitant je cherchais à interroger la ces tensions entre les arts. Son travail est inclassable. Artisan d’art revendiqué, il est sollicité pour des installations subtiles qui occupent l’espace et dont le statut reste à déterminer, entre art contemporain et arts décoratifs.

– L’empreinte du geste représente-t-elle l’histoire de l’objet? 

Si l’histoire de l’objet est celle de ceux qui le font, « L’Empreinte du Geste » la présente certainement.

Si l’Histoire de l’Objet connaît de profonds changements, « L’Empreinte du Geste » a sans doute vocation a en situer les fondements.

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Boule en albâtre lumineux par l’Atelier Alain Ellouz

– Certains savoirs faire se perdent (l’héliogravure par exemple) et il y a un besoin, si ce n’est une véritable urgence, de susciter des vocations ou des réorientations professionnelles. Hors, seulement 3% des visiteurs de l’édition 2015 des journées Européennes des Métiers d’Art avaient moins de 18 ans. Comment allez vous pour cette édition amener spécifiquement le jeune public à redécouvrir ces savoirs faire? 

L’INMA doit être considéré comme la clef de voûte de cet édifice à bâtir. Et ses soutiens comme l’État, Vacheron Constantin, la Fondation Bettencourt Schueller, les organismes consulaires et professionnels, les Arts Décoratifs et l’ensemble des partenaires des Journées Européennes des Métiers d’Art se mobilisent autour de cette question essentielle, non pas seulement lors de cet événement ponctuel.

Chacun d’eux mène une action pérenne auprès du jeune public, que cela passe par des actions de modernisation de l’image du secteur, de soutien à des écoles, la création d’ateliers pédagogiques et de sensibilisation à ces métiers ou l’accompagnement de systèmes très particuliers d’apprentissage comme le compagnonnage ou le dispositif Maîtres d’Art – élèves.

La thématique de l’édition 2016 « Métiers d’Art, Gestes de demain » et « L’Empreinte du Geste » sont une occasion unique de découvrir des métiers de liberté, de culture, d’émancipation sociale et de création. Nous invitons tous les publics et surtout les plus jeunes à y participer car ils sont une réponse aux aspirations de toute une jeune génération.

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Cube héliogravé (détails) par Fanny Boucher & Antonin Pons Braley © Seen By Kloé pour Blog Esprit Design

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Héliogravures par Fanny Boucher & Antonin Pons Braley © Seen By Kloé pour Blog Esprit Design

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Cube héliogravé par Fanny Boucher & Antonin Pons Braley © Seen By Kloé pour Blog Esprit Design

Autour de l’exposition…

Projection du film Heart of glass

Un film de Jérôme de Gerlache, documentaire et portrait de l’artiste verrier Jeremy Maxwell Wintrebert. « Heart of glass » explore la passion et le processus de création, est un échange intimiste entre le réalisateur et le créateur (en compétition au Festival International du Film sur les Métiers d’Art — FIFMA — du 7 au 10 avril 2016). Vendredi 01.04 — 18h30 et Samedi 02.04 — 14h30 & 16h30.

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Extrait du film Heart of glass de Jérôme de Gerlache

Pop-up store

Une boutique éphémère au 107 rivoli conçue avec la complicité d’Arteum et des Ateliers de Paris au « 107 Rivoli », le pop-up store « L’Empreinte du Geste » propose une sélection exclusive d’objets d’art imaginés par de jeunes talents et des créateurs de l’exposition.

Financement participatif 

Une campagne de financement participatif menée en partenariat avec KissKissBankBank et les Ateliers de Paris pour soutenir, accompagner les projets de créateurs de l’exposition et celui d’édition du fac similé de « l’Alguier de Napoléon III » conservé à la Bibliothèque des Arts Décoratifs (reportée à une date ultérieure pour ce dernier).

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

L’Alguier de Napoléon III © Seen By Kloé pour Blog Esprit Design

Meet-up « Financement participatif » 

Une rencontre pour les professionnels organisée en partenariat avec KissKissBankBank pour découvrir et maîtriser le crowdfunding, outil d’une économie nouvelle et collaborative, possibilité de financements et de développement de projets pour les métiers d’art. Samedi 02.04 de 15h à 17h ( inscriptions : institut-metiersdart.org)

Conférences

L’empreinte du geste :la transmission du sensible par le savoir-faire et l’objet

Mardi 29.03 — 18h30

De la transmission du savoir-faire à la conception et à la découverte de l’objet, l’échange, le partage et la rencontre, animent le geste des métiers d’art. Il s’y révèle comme un acte sensible dont le passage de main en main témoigne de leur précieuse humanité. Observateurs ou acteurs des métiers d’art dévoilent l’empreinte laissée par le geste lors de ces instants éphémères, saisis par la photographie, l’écrit ou la pratique artistique.

Tiziana et Gianni Baldizzone – Photographes, Auteurs de l’ouvrage « Transmissions »

Manon Clouzeau – Céramiste

Mathilde Caylou – Verrière

L’empreinte du geste : créer pour transmettre

Mercredi 30.03 — 18h30

Traditionnellement associée aux métiers d’art pour l’acquisition d’un savoir-faire, la transmission ne suppose pas seulement de recueillir les connaissances nécessaires à l’exécution d’un acte de production. Elle est également au coeur de l’acte de création. Vecteurs culturels, les métiers d’art imaginent un bien commun pour demain et se réunissent autour de projets innovants pour la transmission d’un patrimoine immatériel et matériel. Créateurs et responsables patrimoniaux partagent leur expériences.

Fanny Boucher & Antonin Pons Braley – Maître d’art en héliogravure et son élève

Laure Haberschill – responsable des collections patrimoniales de la Bibliothèque des Arts Décoratifs

Gérard Desquand, Graveur héraldiste, Maître d’art

Julien Marchenoir – Directeur Stratégie et Patrimoine, Vacheron Constantin

Mécénat

Pour la sixième année consécutive, la célèbre et plus ancienne manufacture horlogère Suisse (depuis 1755) Vacheron Constantin soutient les Journées Européennes des Métiers d’Art en partenariat avec l’Institut National des Métiers d’Art (INMA), et en particulier  l’exposition inaugurale des JEMA 2016 « L’Empreinte du Geste ».

Sensible à la part d’humanité derrière le geste de l’artisan, la Manufacture soutient notamment les expositions permettant de promouvoir et d’initier la richesse des métiers d’art ainsi que de susciter de nouvelles vocations.

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

© Vacheron Constantin

 

L’exposition l’Empreinte du Geste est à venir découvrir du 29.03 au 03.04 au Musée des Arts Décoratifs, 107 Rue de Rivoli, 75001 Paris.

Exposition l'Empreinte du geste au Musée des Arts Décoratifs

Plus d’info sur l’exposition: L’Empreinte du Geste

Plus d’info sur Les Journées Européennes des Métiers d’Art: Les Journées Européennes des Métiers d’Art

Retrouvez notre sélection de REPORTAGES

By Blog Esprit Design


Kloé
Photographe freelance chez Seen By Kloé
Exploratrice freelance d’architecture et de design entre Paris et Oslo
Pas de commentaires

Qu'en pensez-vous ?

  • :-|
  • ):-)
  • 8-|
  • :-)
  • ;-/
  • B-)
  • ):-(
  • :-D
  • :-S
  • :-p
  • 8-)
  • ;-)
  • :'(
  • :-O
  • :-))
  • :-((
  • ->
  • (!)
  • !
  • ?