Kangourou table gigogne années 50 par Mathieu Matégot

24 février 2012 /
35 commentaires

Kangourou table gigogne années 50 par Mathieu Matégot

Mathieu Matégot, designer formé à l’école des beaux-arts et d’architecture de Budapest nous présente l’une de ses créations nommées Kangourou, une collection de tables gigognes aérées mariant acier inoxydable perforée, piètement tubulaire également en acier et embouts de laiton.

Rien d’extraordinaire hormi l’harmonie de l’ensemble et des matériaux me direz-vous .. Mais cette création voit le jour en 1954. Il y a des créations, des œuvres qui traversent le temps car les « inventeurs » étaient sans doute des visionnaire hors du temps.

Deux tables de dentelles métalliques imbriquées l’une dans l’autre, légères et colorées, rien de plus…

Kangourou table gigogne années 50 par Mathieu MatégotKangourou table gigogne années 50 par Mathieu MatégotKangourou table gigogne années 50 par Mathieu MatégotKangourou table gigogne années 50 par Mathieu MatégotKangourou table gigogne années 50 par Mathieu MatégotKangourou table gigogne années 50 par Mathieu MatégotKangourou table gigogne années 50 par Mathieu MatégotKangourou table gigogne années 50 par Mathieu MatégotKangourou table gigogne années 50 par Mathieu MatégotKangourou table gigogne années 50 par Mathieu MatégotKangourou table gigogne années 50 par Mathieu Matégot

Sa biographie :

Designer Mathieu Matégot

« Après des études aux Beaux Arts de Budapest, il commence à réaliser des décors pour le théâtre national. Il s’installe en France en 1931, ou il va exercer différents métiers: créateur de décors pour les Folies Bergères, étalagiste pour les galeries Lafayette, styliste pour des maisons de couture parisiennes.

A la fin des années 30, la peinture qu’il n’a cessé de pratiquer, le conduit vers un nouveau mode d’expression: la tapisserie.

La seconde guerre mondiale vient interrompre son activité. Engagé volontaire dans l’armée française, fait prisonnier, il est libéré en 1945. A son retour, il met en place un atelier de création de mobilier de structure artisanale à Paris. Métal, rotin, verre, bois, Formica, cuir et surtout tôle perforée, autant de matériaux qui participent à la conception de chaises, fauteuils, tables, dessertes, bahuts, bureaux, objets utilitaires pour la maison.

Son activité de designer couvre une période relativement courte, jusqu’au début des années 60. Durant cette période, il crée la chaise tripode « nagasaki »(1954), et le fauteuil « copacabana »(1955) qui font partie aujourd’hui pour l’une, de la collection de design du Musée des Arts décoratifs, Paris, et pour l’autre, de la collection de design du centre Georges Pompidou, Musée National d’Art Moderne, centre de Création Industrielle, Beaubourg, Paris. Ces deux pièces réalisées en tube d’acier et tôle perforée, matériau que Mathieu Matégot a été l’un des premier à utiliser, sont particulièrement représentatives de son travail.

Pendant cette décennie, il exécute également de nombreux chantiers de décoration en France et à l’étranger: Hôtel de France à Conakry (1951), Drugstore Publicis et Maison de l’ORTF à Paris (1962). Le stand Matégot est présent dans toutes les grandes manifestations comme le Salon des Artistes Décorateurs (SAD), ou le salon des Arts Ménagers. Avec Prouvé, Royère, Perriand, et le céramiste Georges Jouve avec qui il collabore dans l’élaboration de divers projets, il fait partie des créateurs français les plus reconnus de l’époque.

Au début des années 60, il cesse volontairement cette activité pour se consacrer à la tapisserie. Ses premiers cartons sont tissés à Aubusson en 1945. Il fût avec Jean Lurçat, Marcel Grommaire, Mario Prassinos et bien d’autres, l’un des rénovateurs de la tapisserie française contemporaine. de nombreuses expositions lui furent consacrées de par le monde et particulièrement à la galerie La Demeure à Paris. Ses tapisseries sont présentes dans de nombreux lieux: siège de la Wollmark à londres, Banque des Règlements Internationaux à Bâle, Fonds Monétaire International à Washington, Bibliothèque Nationale d’Australie à Camberra, Préfecture de la Seine Maritime à Rouen, France …

Mathieu Matégot est décédé en février 2001 à Angers, France. »

Plus d’informations sur le designer : Mathieu Matégot

Article disponible à l’achat (réédition) : MadeInDesign à 299€

By Blog Esprit Design


Gallerie (0)

À propos de l'auteur
Image
Vincent - Blog Esprit Design

Laisser un commentaire

  1. Post
    Author
  2. CONSEIL PROF Z: Même si vous êtes designer industriel de meuble suivez le marché du design de collection dans les galeries, dans les revues et dans les salons spécialisés…..

  3. Dans la nasse des années 50… et de Mahieu Matégot…
    Je suis effaré de voir le nombre de meubles en metal perforé et style 50 dans les pages de la presse déco. Pour le 5eme concours design jeunes createurs categorie petits meubles,Romain Jung (à l’ENSCI sous l’influence de Normal Studio ?)reçoit le 2ème prix avec Nasse . Son projet est une déclinaison de trois tables basses, avec base en métal perforé et couvercle en métal ou bois. Des objets gain de place qui permettent également de ranger revues et objets divers. Je doute que comme Mahieu Matégot, il soit autoentrepreneur…
    http://www.cotemaison.fr/medias/416/213152_5eme-concours-design-jeunes-createurs-categorie-petits-meubles.jpg

  4. Esprit design, un blog d’inspiration libre
    Si on me dit table basse Kangourou je ne vois rien comme image mentale.
    On ne passe pas du vertical à l’horizontal.
    Si je regarde la table de Mathieu Matégot, je ne vois par ni une table basse, ni une table gigogne… Ce que je vois est dans mon sketches book… sous forme de detournement, une technique à la portée de tous…
    Je pousse le bouchon un peu loin:si on me dit bouchon de champagne, je vois un tabouret…Si on dit muselet, je pense à bâillonné…. avec wikipedian, ma memoire assisté je vois le fil de fer qui enserre le bouchon….
    Julien Bergignat (l’École de Design Nantes Atlantique en 2010 qui est passé parla Chine et la Hollande) est il un nouveau Mathieu Mategot ?) Il voit une lampe… Il ne lui reste qu’à s’autoproduire comme Mathieu Mategot en se delocalisant. N’y a il pas une École de Design Nantes Atlantique Chine?
    Les designers français doivent devenir des designers entrepreneurs (Gabrielle Pezzini) pas des designers bâillonnés, soumis …
    http://designalmic.com/muselette-julien-bergignat/muselette-by-julien-bergignat-concept-03/

  5. @billyjul
    Les designers vont se mettre en boule….
    Tu parles d’affordance, c’est à dire de la capacité d’un objet à suggérer sa propre utilisation.Quand à l’attribution et à la specificité du metier de designer. Le presse papier de Man Ray 1920…on dirait du Sottsass entre 60 et 80 ans plus tard. Alors qui est designer?

  6. Moi je suis pour l émergence de la figure d’ amateur de design.Selon Jacqueline Lichtenstein, philosophe et historienne de l’art, professeure d’esthétique et de philosophie de l’art à l’Université Paris IV-Sorbonne: »Le terme d’amateur a perdu le sens précis qu’il avait dans la langue du XVIIème et du XVIIIème siècles. Des « particuliers », qui n’étaient ni peintres ni sculpteurs, pouvaient être élus à l’Académie royale de peinture et de sculpture en raison du goût qu’ils professaient pour les arts ; ils y siégeaient au rang d’ « amateurs ». L’usage du terme s’est depuis considérablement élargi et n’est plus aujourd’hui limité au seul domaine de l’art : on peut être amateur de bons vins comme d’opéras. Mais il s’est également déplacé du champ du goût à celui des activités. Il désigne en effet ces activités auxquelles on s’adonne par plaisir, parce qu’on aime ça, et non pour des raisons professionnelles. On peut faire du théâtre, de la peinture ou de la musique en amateur, mais aussi pratiquer le rugby ou le vélo en appartenant à une équipe d’amateurs. A la distinction ancienne entre amateurs et artistes, qui n’était pas une distinction hiérarchique puisque tous portaient le titre d’académiciens, s’est substituée l’opposition entre amateurs et professionnels qui implique une image socialement dévalorisée et dévalorisante de l’amateur, toujours suspecté de faire preuve d’amateurisme ! Nous nous proposons dans ce séminaire d’étudier la constitution puis la transformation de cette figure de l’amateur dans le champ de l’art, afin d’en saisir les raisons et les enjeux, à la fois artistiques, philosophiques, politiques et sociaux. »

    En 2006, le Centre Pompidou, sous l’impulsion du philosophe Bernard Stiegler, a créé en son sein l’Institut de recherche et d’innovation ( il est président d’Ars Industrialis, association internationale pour une politique industrielle des technologies de l’esprit), pour anticiper, accompagner, et analyser les mutations des pratiques culturelles permises par les technologies numériques, et pour contribuer parfois à les faire émerger.
    Le programme de recherche de l’Iri comprend entre autres.
    -Figures de l’amateur
    -Design du nouveau monde industriel
    -Design et marché de l’art

    Je me suis opposé sur internet à des journalistes blogueurs,à des professeurs blogueurs,à des chercheurs blogueurs, à des professionnels du design, à des décorateurs textuels. Tous ces « partenaires de conflit » selon la formule de Peter Sloterdijk ne veulent pas entendre parler de figure d’amateur, de contribution d’amateur mais seulement de petits commentaires sélectionnés à la manière du courrier des lecteurs dans la presse papier afin de consolider leur sujet,leur selection de projet, leur statut et leur position acquise souvent plus par le diplôme , par le réseau que par leur inventivité, leur innovation….

  7. pour l’instant, j’ai rien édité, je fait juste cela parce que j’aime cela, peut être que dans quelque semaine, cela vase concrètiser j’aime tellement sa le meuble que je commence à entasser les projets, les forme surtout les siège et fauteuil, les modèle 3d

    concernant le slogan, une fois j’ai vu écrit « next tine we go sublime » et je sui tombé raide dingue de ce slogan

    des fois sa vient, on ne sait pas comment, je vois une forme et sa devient un siège
    par exemple un haut parleur à cône c’est un siège, i faut orienté le cône correctement l’attacher à un pied
    et si c’est pas une forme c’est une musique je matérialise

    moi je vie pour la création, de toute sorte

    le problème, c’est que je commande pas toujours, quand sa vient pas, sa vient pas, et des fois sa vient quand ce n’est pas le moment

    et je vous rassure, j’iai déja « réinterprèté un design »

    😉

  8. La conclusion de Patrick Collier Architecte, auteur de l’article
    Il y a presque tout inventé de ce qui fait ce métier moderne,
    -l’alliance entre le capital et la création,
    -le savoir faire industriel spécifique pour protéger les modèles,
    -l’intégration verticale de la création à la distribution.
    -Enfin, lorsqu’il délocalise à Casablanca avec 50 ans d’avance, il peut apparaître comme un précurseur de la mondialisation.

  9. @billyjul
    C’est le design postune et c’est pas si simple. il faut attendre un certain temps…. Philippe Jousse, directeur de la galerie de design Jousse Entreprise estimait il y a 10 ans qu’une réédition de Mathieu Matégot,était trop prématurée au regard de sa cote encore balbutiante,et qu’elle serait envisageable d’ici quelques années.

  10. Post
    Author
  11. @billyjul
    Suicidez vous pour gagner plus…. c’est mieux que le « travailler plus pour gagner plus » Je te conseille la pub car ton slogan n’a aucune occurrence dans google No results found for « Suicidez-vous pour gagner plus »….

    PS : en 1964, alors que Le Corbusier était encore en vie, Cassina signa le premier contrat de licence exclusif des droits d’édition des meubles créés par Le Corbusier et… Pierre Jeanneret et( SURTOUT) Charlotte Perriand.

  12. Post
    Author
  13. alors si j’était designer il vaudrait mieux que je me suicide pour gagner plus 🙁
    moi j’aime bien certaine chose dans le design vintage, en totu cas le seul blog ou je regarde des création c’est ici et spécialement pour ne pas être influencé quand je dessine quelques chose

    😉

  14. @billyjul
    D’après mes info certains ayants droits de designers disparus recoivent autour de 10 % de royalties alors que le designers vivants recoivent 2 à 3 fois moins….

  15. @billyjul
    Cela démontre que l’on ne peut pas acheter à priori c’est à dite  » Indépendamment de l’expérience  » et que le web permet d’échanger des expériences, d’élargir sa propre expérience. La qualité allemande, la qualité danoise….
    Le plus surprenant c’est l’explosion du design vintage qui prolonge le star system. Je constate aujourd’hui qu’un héritier, qu’un ayant droit de designer par sa naissance, par le droit gagne plus qu’un designer contemporain par sa créativité,son intelligence, sa capacité de trouver des solutions innovantes.

  16. ha oui j’avais pas vu les avis, moi j’ai vu un reportage sur boconcept cela m’a suffi

    heureusement il ne sont pas tous comme cela au Danemark, si vous acheté des haut parleur scanspeak, c’est complètement l’inverse de bo concept en matière qualité de fabrication et de conception des produits et du respect des clients

    😉

  17. BO CONCEPT, l’art de faire du design, avec une qualité de fabrication parfois scandaleuse
    😉

  18. « Mais cette création voit le jour en 1954  » dans tous les sens du terme car c’est de la dentelle de tôle fait par un grand couturier du design qui s’en tape de la valeur d’usage du design. Comme tout grand couturier, il travaille sur un collection annuelle de pièces uniques et des séries limitées…donc plus sur la valeur d’estime et la valeur patrimoniale.
    Article très interessant du critique Christian Simenc…
    http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/46002/mathieu-mategot-grand-couturier-du-design.php

  19. Si le dessin de Mategot me fait penser à des Calder (qui disait qu’il faisait du Mondrian qui bouge) revisité par Lichenstein (qui lui disait que son style pointillé BD était « aussi artificiel que possible »)….
    En temps que critique utilisateur designer marketeur, je trouve que ces tables basses sont trop haute sur pattes et que sa résille métallique (Tôle perforée facilement usinable, brevetée sous le nom de Rigitulle.)n’est vraiment pas adapté à une coffee table, à une tea table, à une Whisky table, à une ricard table même si le jaune 102 serait du meilleut effet photo sur le noir….

    http://www.suiteny.com/suiteny_cms/imgs/product_main_11740.jpg

  20. Post
    Author
  21. Petit tour au Damnemark, l’autre pays du design….
    La création contemporaine pour certains éditeurs, c’est le désert…. de GUBI . On est passé de la gestion de l’édition par projet à la gestion par le nom, la notoriété passé ou actuelle. Un BO CONCEPT de star actuelle c’est en général un travail de chef de projet qui copie une star passée…
    http://deco-design.biz/ottawa-par-bo-concept-x-karim-rashid/8786/

Ne manquez pas les actualités design
Dans le même rayon

Annonces

Ne manquez pas les actualités design