Interview : Florian Dach / Dimitri Zephir Designers

/ 9 commentaires

Interview : Florian Dach / Dimitri Zephir Designers

Interview : Florian Dach / Dimitri Zephir Designers

Après avoir remporté le concours Samsung Launching People avec son projet «PETIT POUCET» en 2013, le jeune étudiant en design Florian Dach s’est à nouveau fait remarqué l’année dernière en remportant le premier prix du concours CINNA pour le projet « RITE », réalisé en collaboration avec Dimitri Zephir. Quels projets nous réservent-ils pour 2015 ? Partons donc entre Paris et Singapour à la découverte de ce binôme aussi prometteur qu’inspirant…

Projet en cours, Sac avec armature en bambou, Florian Dach & Dimitri Zephir

Projet en cours, Sac avec armature en bambou, Florian Dach & Dimitri Zephir

– Pouvez vous nous présenter vos parcours respectifs ainsi que les raisons qui vous ont amenés à collaborer ?

Florian Dach : En ce qui me concerne, j’ai tout d’abord fait un BAC en marketing après avoir essayé à plusieurs reprises d’intégrer les arts-appliqués. Mais j’ai finalement été accepté dans une MANAA (mise à niveau en arts appliqués), qui m’a permis d’effectuer un BTS design de produit à l’ESAAB de Nevers.

Après l’obtention de mon BTS, j’ai passé le concours d’entrée des Arts Déco de Paris, en deuxième année design d’objets. Depuis je suis passé par le studio Joran Briand à Paris ainsi que chez Big Game à Lausanne. Je suis actuellement en échange pour cinq mois à National University of Singapore  dans le cadre de ma 4éme année.

Dimitri Zephir : Pour ma part, j’ai un cursus assez classique au sein des arts-appliqués. Après une troisième latiniste, je me suis orienté vers le seul cursus des arts-appliqués des Antilles, proposé par le lycée Rivière des Pères en Guadeloupe. Après mon BAC, j’ai eu la chance d’intégrer le secteur design de produits de l’école Boulle à Paris. Ensuite, comme Florian, j’ai passé le concours d’entrée des Arts Déco de Paris, en deuxième année design d’objets. Depuis j’ai travaillé aux studios de Jean-Sébastien Lagrange à Paris et de Dimitri Bähler à Bienne. Dans le cadre de la 4eme année, j’ai effectué mon échange à l’ECAL à Lausanne, et viens tout juste d’y revenir.

La collaboration entre nous s’est faite de manière très naturelle, et ce depuis la deuxième année aux Arts Déco. Tout en étant assez différents, on est passionnés par l’artisanat, on partage des valeurs communes, des questionnements relatifs à la création et sur le sens que l’on peut donner au métier de designer; ce qui nous a poussé dès que l’occasion s’est présentée à travailler à deux têtes, quatre mains. Des travaux de recherches, l’écriture de textes, puis quelques concours, notamment Cinna en 2014.

Marche et vie : réflection à partir d’un scénario apocalyptique, protocole de communication, carte et carnet de vie. Florian Dach & Dimitri Zephir

Marche et vie : réflexion à partir d’un scénario apocalyptique, protocole de communication, carte et carnet de vie. Florian Dach & Dimitri Zephir

Mug réalisée avec la Faïencerie George, Florian Dach

Mug réalisée avec la Faïencerie George, Florian Dach

Tresse réalisée avec Gérard (artisan vannier en Guadeloupe), Dimitri Zephir

Tresse réalisée avec Gérard (artisan vannier en Guadeloupe), Dimitri Zephir

 

– Qu’apporte le travail en binôme à votre démarche créative ?

Dimitri Zephir : On insiste beaucoup pour dire que les projets que l’on mène sont faits et pensés à deux têtes. Ce constant va-et-vient permet d’avoir un certain recul et de s’en assurer la validité. Quand on commence un projet, on discute énormément !
Pour réellement peser le poids de notre proposition, à tour de rôle, on déconstruit le projet, pour ensuite le reconstruire. La finalité est donc une belle balance entre nos propositions respectives. On se nourrit l’un de l’autre.
Du fait de nos différences culturelles, nous n’abordons pas un projet de design de la même façon. Ce sont justement ces différences qui nous intéressent chez l’un et chez l’autre car elles permettent de le construire sur des bases plus riches.

Florian Dach : Chez Dimitri, la question de l’histoire, du passé, de la narration est récurrente. Parce qu’il a grandi aux Antilles et que la culture du conte est y est très présente, l’aspect culturel et narratif de l’objet est un élément fort. C’est d’ailleurs sa porte d’entrée pour construire un projet. Aussi, il s’intéresse beaucoup aux façons d’être, de faire de chacun, la façon dont les gens vivent. Il dessine, se nourrit beaucoup d’images, de lectures et de photographies. Cela crée un univers assez chargé, hybride dans lequel il s’agit toujours d’en tirer le meilleur et de l’appliquer à quelque chose de plus rigoureux qu’est le projet.

Dimitri Zephir : Chez Florian, l’approche est plus pragmatique et technique. Il a une bonne connaissance des matériaux et des process, et place donc très rapidement le projet dans le réel. Il est curieux de l’objet, s’intéresse à la façon dont les choses tiennent, se forment, se construisent. De part sa formation en marketing, il porte un regard attentionné sur la potentielle cible, son mode de vie, son environnement, ses habitudes mais aussi l’environnement de l’entreprise pour laquelle on travaille, ses concurrents, ses moyens de production et surtout son histoire.

Ainsi, dans notre démarche de création, les projets sont des histoires créées ou observées, analysées, que l’on cherche à rendre compte à travers des formes, des matières. Souvent, on utilise la technique pour raconter cette histoire.
C’était le cas de Rite, le projet présenté à Cinna, qui, pour nous, est avant tout l’histoire d’un lieu (l’entrée, une sorte de fourmilière en mouvement). Il s’agissait donc de raconter ce mouvement, ce passage. Le rail et l’assemblage en queue d’aronde de l’objet sont à la fois des éléments techniques puisqu’ils permettent de fixer les différents éléments, mais ils sont aussi un détail narratif, une sorte de colonne vertébrale qui raconte le scénario de vie de l’objet, puisque ceux-ci sont aussi des choses en mouvement qui parlent de l’espace où ils sont posés.

Tapis Chive, Florian Dach & Dimitri Zephir

Tapis Chive, Florian Dach & Dimitri Zephir

Images de référence : La coiffure de Yaia, scènes et types vers 1910 en Guadeloupe (carte postale ancienne) - Penti (série Pikin Slee), Viviane Sassen 

Images de référence : La coiffure de Yaia, scènes et types vers 1910 en Guadeloupe (carte postale ancienne) – Penti (série Pikin Slee), Viviane Sassen

– Quelles sont vos sources d’inspirations ? 

Florian Dach : Les studios tel que Form us with love, Big Game ou encore Benjamin Hubert m’ont beaucoup influencé dans ma façon de faire et de penser le projet. Mais pour ce qui concerne mes sources d’inspiration directes lorsque je réalise un projet j’essaye de plus en plus de m’éloigner des « objets design » car en regardant trop de « design » on en vient à faire comme les autres.

Je préfère découvrir de nouvelles choses ! Je suis donc avide de chaînes YouTube, de « vulgarisation » scientifique comme Vsause ou Epenser, je regarde aussi énormément de documentaires pendant mon temps libre.
Pour moi comprendre le monde qui nous entoure à différentes échelles joue un rôle important dans ma façon de penser le projet.
Et pour ce qui est des figures qui « m’inspirent » de façon plus générale, je citerais Elon musk (créateur de Tesla & SpaceX) et le mouvement radical Italien (avec une préférence pour le travail Sottsass et Branzi). Car la prise de risque est quelque chose de rare aujourd’hui, ce qui la rend encore plus précieuse et respectable.

Dimitri Zephir : Il y a bien sûr des designers qui m’intéressent. Mais au delà des projets, ce sont plutôt les valeurs qu’ils incarnent qui m’inspirent, car tout simplement je m’y retrouve. Je suis un grand fan aussi de la pensée radicale Italienne, et particulièrement d’Ettore Sottsass que je trouve pertinent et séduisant à tous les niveaux.
Le travail de Doshi-Levien ou encore des FormaFantasma m’interpelle. J’aime ce qu’il raconte. Parce que j’aime les choses chargées, riches en histoires. Ce qui m’intéresse, c’est toujours comment un objet peut incarner ces histoires, les transporter. Et finalement ces histoires là, elles sont présentes dans les cultures. Pour ça, l’anthropologie des peuples et des cultures m’attire beaucoup.

Mais les inspirations ne s’arrêtent pas au design, elles sont présentes dans les lectures, les rencontres que je fais. Je collecte énormément d’écrits, d’images de choses que je trouve sur ma route, de photographies d’artistes. A priori, même si ces choses là sont quelque peu éloignées du design, une photographie de Viviane Sassen, d’un vieux métier d’antan où encore d’un hipster prise sur le vif, me parlent autant qu’un assemblage de bois, ou un balai sans poils auquel on a greffé un vielle toile. Je suis à la recherche constante de détails qui parlent de la vie !

Projet en cours, Sac avec armature en bambou, Florian Dach & Dimitri Zephir

Projet en cours, Sac avec armature en bambou, Florian Dach & Dimitri Zephir

– Votre meuble RITE, récompensé par le concours CINNA est maintenant distribué par Ligne Roset. Quelle à été l’accueil du public ? 

Rite est maintenant distribué par Ligne Roset et Cinna, ce qui pour nous est extrêmement gratifiant comme l’a été le fait de remporter le premier prix du jury. Ce qui nous fait peut-être le plus plaisir, c’est d’obtenir la confiance de personnalités du métier, alors que nous sommes encore étudiants. Ça nous conforte dans l’idée que l’on est certainement sur la bonne voie.
Les retours, depuis le salon Maison & Objet où a été présenté Rite pour la première fois en France, sont assez positifs (notamment de la presse). Mais bien sûr, ce qui nous intéresse, c’est l’adhésion des utilisateurs. Ils sont ceux que l’on veut toucher, car c’est avant tout pour eux que nous avons conçu Rite.

Rite pour Cinna, Florian Dach & Dimitri Zephir

Rite pour Cinna, Florian Dach & Dimitri Zephir

Rite pour Cinna, Florian Dach & Dimitri Zephir

Rite pour Cinna, Florian Dach & Dimitri Zephir

Atelier - Rite pour Cinna, Florian Dach & Dimitri Zephir

Atelier – Rite pour Cinna, Florian Dach & Dimitri Zephir

Atelier - Rite pour Cinna, Florian Dach & Dimitri Zephir

Atelier – Rite pour Cinna, Florian Dach & Dimitri Zephir

 

– (Florian) Où en est PETIT POUÇET, lauréat du concours Samsung Launching People? Envisagez vous d’autres applications à ce projet? 

Suite au concours, j’ai pu exposer Petit Poucet aux D’days et à Maison & Objet, mais je suis forcé de constater que malgré l’intérêt généré autour de ce projet, je n’ai eu aucune réponse positive pour une potentielle commercialisation. Pour moi, c’est en partie dû aux couts de développement de ce projet.
Samsung m’a permis d’affiner le projet et de réaliser une maquette fonctionnelle de très bonne qualité, mais on est encore loin d’un prototype en vue d’une industrialisation. Bien que ce dernier soit passé au second plan dans mes priorités, je le garde tout de même en tête, d’autant plus que je suis actuellement à Singapour, ce qui me permet d’évoluer dans un environnement ouvert aux investissements et aux technologies.

Petit Poucet, Florian Dach 

Petit Poucet, Florian Dach

 

– Envisagez vous une collaboration sur le long terme une fois vos études terminées ? Quels sont vos futurs projets ?

Si les opportunités se succèdent, il y a évidemment de fortes chances que nous continuons cette collaboration. Jusqu’à maintenant, elle a été très enrichissante pour l’un comme pour l’autre. Mais il est vrai que nous continuons quand même à mener des projets personnels chacun de notre côté. L’un n’empêche pas l’autre !

Actuellement, nous travaillons sur deux projets.
Une collaboration avec la Faïencerie Georges située à Nevers, dont le savoir-faire principal est le décor sur émail cru. Nous sommes partis de cette particularité pour dessiner une série de motifs à combiner rendant chaque pièce unique, tout en créant une cohérence entre les différentes pièces. Nous avons simplement mis en place ce protocole, laissant la liberté à la décoratrice quant aux rythmes et aux espacements entre chaque motif.

Nous travaillons aussi avec Christophe Nivelles, fondateur de la marque Tiban. C’est une marque née aux Antilles, en Guadeloupe, qui cherche à revisiter le mobilier patrimonial antillais. Pour lui, nous dessinons deux « ti-ban », une assise d’appoint traditionnelle aux Antilles et dont l’origine remonte à la période esclavagiste coloniale. C’était un petit banc d’une place qui n’excédait pas les 30 cm de hauteur, assez élémentaire dans son dessin, mais qui permettait de faciliter des taches quotidiennes comme la toilette ou encore pour laver le linge.
Nous travaillons donc sur la « déspécialisation » de cet objet qui en fait sa force, en l’amenant vers une forme de modernité, notamment dans son dessin.
Ce projet nous correspond particulièrement, car il consiste en une forme d’hybridation de nos deux cultures respectives : les produits sont pensés aussi bien pour les Antilles que la France métropolitaine et même l’Europe. Il s’agit donc d’être dans une parfaite balance entre respect des valeurs et codes traditionnels, modernité et contraintes industrielles. Nous devrions avoir les premiers prototypes en Septembre prochain.

Et pour ce qui est d’un futur plus lointain, nous espérons développer deux projets réalisés dans le cadre d’un workshop avec Louis Vuitton & Mathieu Lehanneur. L’un est sur support numérique, ce qui est une première pour nous et l’autre amène un objet ultra commun et essentiel dans la domaine du luxe et du savoir-faire Louis Vuitton. Malheureusement on ne peut pas en dire plus faute de contrat de confidentialité.

Merci à Florian Dach et Dimitri Zephir pour cette interview. Nous espérons recroiser votre chemin !

Plus d’informations sur les designers : Florian Dach, Dimitri Zephir

By Blog Esprit Design


Kloé
Photographe freelance chez Seen By Kloé
Exploratrice freelance d’architecture et de design entre Paris et Oslo
9 commentaires

  MATALI CRASSET VS  FLORIAN DACH,  HISTOIRE COMMUNE ?Cela me remet en memoire ce souvenir que Matali Crasser raconte.   Nos fameux  services d’orientation scolaire  l’avait orienté vers le marketing et non vers le design. Le pont  vers l’Ensci fut pour elle le packaging  de parfum . Pour avoir vecu au Canada , je connaissais le bac marketing mais  je ne savais pas qu’il y avait un bac marketing en France tellement ce mot  anglais  est mal vu par notre « Education nationale » et par son elite professorale   de l’ecole normale superieure. Florian-Dach et Matali-Crasset  à  la remise-de-prix Launching-People-France Samsung

10.03.2015 09:01
prof Z

je note surtout de belles références et découvertes pour ma part ..

10.03.2015 10:26
Vincent – Blog Esprit Design

  LE DESIGN  UN TRAVAIL  , UNE OEUVRE ? Reference est polysemique Reference au sens de referent,(Ce qui sert de référence, ce à quoi on se réfère). … ou reference au sens de validation de parcours , de CV.(.Il se présente avec les meilleures références…..) Pour l’instant , je ne vois  rien de radical  ( italien  ou pas ) dans la  démarche  et / ou dans l’oeuvre ( si l’on peut dire ) de  Florian Dach &  deDimitri Zephir.  Tout cela est un travail de  jeunes designers dans l’air du temps.  Pour être plus clair, il ne s’agit pas d’un travail de designer auteur comme celui de Sottsass , de Crasset  et des sus cités avec un vocabulaire, une grammaire ,  des principes, un storytelling…. 

10.03.2015 10:52
prof Z

 PARCOURS  DE  DESIGNER : JEU DE PISTE POUR PETIT POUCEE  OU  CONCOURS   DE CIRCONSTANCE ? 424 millions de fois le mot design est associé  dans   une page Google a DESIGN et  160  millions pour Samsung.. Donc un concours de design  sert d’abord à Samsung puis ensuite,  beaucoup plus modestement  à Matali Crasset 36000  occurences associé à une grande marque  internationale. Son aventure  avec Thomson  dans l’ombre tutélaire de Philippe Starck ne laissant aujourd’hui  que peu de  trace 3000 occurences Quand à  florian dach cela est tres modeste 500 citations dans la même page que Samsung.Cela fait pour certains  une ligne de plus dans un CV  et pour d’autres une validation….http://www.blog-espritdesign.com/wp-content/uploads/2014/01/Samsung-Launching-People-%C3%A9volution-des-projets-agenda-concours-design-blog-espritdesign-1.jpg

10.03.2015 04:24
Prof Z

 VOILA  PLUS DE 24 SIECLES  QUE LE POLYEDRE EXISTE…. et je ne l’ai defendu qu’une  fois pour un designer japonais installé en Finlande  Arihiro Miyake…. car il a un sens qui n’est pas  que la belle forme geometrique  à la Platon  qui etais aussi geomètre .C’est pourquoi Caspers Vissers  et Marcel Wanders  e l’ ont edité  chez Moooi. Si une forme  a un sens, elle sera éditée.http://www.arrivetz.com/medias/produits/537/miyake4.jpg

10.03.2015 04:39
prof Z

Bravo Flo!Bravo à vous deux!

10.03.2015 06:02
Teddy.M

CONCOURS  ENTRE LES VAINQUEURS DU CONCOURS CINNA ….  Avant  de devenir  un designer  plus ou moins connu  comme « Benjamin Graindorge, Pierre Favresse ou encore Vaulot & Dyèvre » qui se serait fait connaître par ce concours  selon -florian-dach-dimitri-zephir-designers  Il y a un autre  concours entre  les 5 gagnants du 7 ème concours  Cinna…   Lequel  sera le plus vu en presse, sur internet, en boutique ? lequel sera le plus apprecié par les regardeurs et par les acheteurs  professionnels ou non?http://www.yooko.fr/wp-content/uploads/2015/02/cinna-Maison-et-objet.jpg   

12.03.2015 11:08
prof Z

Super inspirant ! 🙂

20.03.2015 10:39
Mary HG

En effet, @Mary HG, de vraies belles références et découvertes..

20.03.2015 11:19
Vincent – Blog Esprit Design

Qu'en pensez vous?

  • :-|
  • ):-)
  • 8-|
  • :-)
  • ;-/
  • B-)
  • ):-(
  • :-D
  • :-S
  • :-p
  • 8-)
  • ;-)
  • :'(
  • :-O
  • :-))
  • :-((
  • ->
  • (!)
  • !
  • ?

ABOUT  BED
Le Blog Esprit Design est comme son nom l’indique un blog dédié au Design présentant une certaine vision, de l’idée à la création, de l’inspiration à la fabrication, de la main à l’outil, de l’artisan au designer.